En souvenir de la rocambolesque découverte d’un trésor dans ses bâtiments, la maison Alexandre Bonnet lance une cuvée « Trésor caché ». Un jeu-concours permet de gagner des pièces du fameux trésor.

Souvenez-vous : en 2012, un ouvrier chargé de rénover une bâtisse où sont logés les vendangeurs du champagne Alexandre Bonnet (Aube), casse le plafond à l’aide d’un pied de biche et reçoit sur la tête… une pluie de pièces d’or. Le magot est constitué de 497 pièces de 20 US $ or frappées entre 1851 et 1928, qui remonteraient probablement à l’époque de la Prohibition, ce qui ajoute encore du piment dans l’histoire. Un pactole estimé à la coquette somme de 750 000 €.
Il n’en faut pas plus pour que la France se passionne pour ce trésor trouble et pour savoir qui – des propriétaires successifs du bâtiment ou de l’ouvrier qui l’a découvert – en est au plan légal le bénéficiaire.

A la cavalcade juridique s’enchaîne pour la maison Alexandre Bonnet un autre calvaire. Le riant petit village des Riceys est envahi de chasseurs de trésor et leurs détecteurs de métaux. Les bâtiments du négociant font l’objet d’effractions nocturnes.
Aussi, c’est plutôt le soulagement lorsque le soufflé médiatique retombe. Discrétion et silence deviennent le leitmotiv d’Alexandre Bonnet… notamment lorsqu’un deuxième trésor est trouvé lors des derniers sondages effectués sur la maison. On « extirpera » uniquement que ce reliquat de trésor est beaucoup plus petit et que les bâtiments ont été entièrement explorés. Circulez, plus rien à déclarer.

Et pourtant. Quelle aventure formidable ! Quel émoi ! Après avoir digéré les aléas de ce coup de projecteur, les champagnes Alexandre Bonnet ont voulu rendre hommage à cette péripétie au travers d’une cuvée, et faire partager leur heureux coup du sort au public qui s’était enflammé.

Voici que sort sur cette fin d’année « Trésor caché », une belle cuvée de champagne issue à parité de pinot noir et chardonnay, au nez aromatique et mature (notes de brioches aux fruits confits et miel d’acacia), à la bouche complexe et intense. Riche de 10 000 flacons, cette édition limitée numérotée a été habillée ad hoc et bénéficie d’un jeu « Trésor caché » : pour chaque tranche de 1000 bouteilles, une pièce d’or originale et certifiée de ce trésor (valeur d’environ 1200 €) est mise en jeu par tirage ! A commander directement sur le site des champagnes Alexandre Bonnet (53 € port inclus en France métropolitaine).

Gardez toutefois en tête que le trésor est avant tout dans le verre, et que – comme pour le laboureur de La Fontaine -, « c’est le fonds qui manque le moins » !

Joëlle W. Boisson

tresorbonnet