Dans un paysage des salons internationaux des vins et spiritueux plus que jamais concurrentiel, la nouvelle ne passera pas inaperçue : Guillaume Deglise, directeur général de Vinexpo, devrait officialiser cet après-midi la création d’un nouveau Vinexpo… à New York.

Après Vinexpo Bordeaux, après Vinexpo Hong-Kong et Vinexpo Tokyo, voilà donc Vinexpo New-York. Ce nouveau salon aura lieu dès 2018, les 5 et 6 mars, au Jacob K. Javits Convention Center, en plein cœur de Manhattan, là-même où une autre expérience, malheureuse celle-ci, avait été tentée par son prédécesseur, Robert Beynat, en 2002. Après Vinexpo Asie-Pacific, Vinexpo avait en effet décidé de s’exporter outre Atlantique, d’abord à New-York puis en 2004 à Chicago. Dans les deux cas, les expériences, insuffisamment concluantes, n’avaient pas été reconduites. Une expérience avait même été tentée en novembre 2012 puis… annulée trois mois avant son ouverture annoncée.

Autre temps, autres conjonctures, autres ambitions, autres méthodes, autres dirigeants. Fort de sa relance à Vinexpo Bordeaux et Vinexpo Hong-Kong, Guillaume Deglise reprend le chemin des USA. Les Américains sont en effet devenus les premiers consommateurs de vin au monde. Avec une consommation de 312 millions de caisses de neuf litres ou 3,75 milliards de bouteilles, les Etats-Unis ont devancé la France, en volume global, pour la consommation du vin. Selon une étude de Vinexpo et IWSR réalisée en 2015(International wine and spirit research), cette tendance comptait sur une croissance de 11% d’ici à 2018. Aussi, si l’Italie et l’Australie restent les plus grands fournisseurs de vins aux Etats-Uns, la France les talonne à la troisième place. Il faut donc maintenir ses acquis mais, surtout, les développer, dans un pays qui ne compte pas qu’une législation mais pratiquement autant que d’états. Pour les exportateurs, la complexité domine en effet le marché américain.

Alors que Vinexpo reste bien enraciné à Bordeaux – malgré des rumeurs persistantes qui annonçaient sa délocalisation à Paris – ce salon prend ainsi une longueur d’avance sur un marché en jachère, face à un Prowein devenu gigantesque (avec 6200 exposants quand Vinexpo Bordeaux en rassemble 2350). A précisément 15 jours de Prowein 2018, cette initiative sera probablement vécue comme une déclaration de guerre. Elle ne sera finalement pas proportionnelle à la violence de l’attaque lancée par ProWein avec un Prowine Asia du 8 au 11 mai 2017 à… Hong-Kong.

La qualification du visitorat, la différenciation, la précision, la qualité d’accueil, l’accessibilité des espaces (le ticket d’entrée se fera à 5000 dollars) seront autant d’atouts qui permettront à Vinexpo, cette fois-ci, de s’installer durablement ou non à New-York. Après Vinexpo Explorer, concept lancé en 2016 et destiné à se rendre dans différents terroirs du monde avec des acheteurs, c’est bien là l’enjeu de ce nouveau rendez-vous mondial. Et l’enjeu majeur de Vinexpo, les pieds à Bordeaux, les yeux rivés sur le monde.