(photo Laurent Gotti)
(photo Laurent Gotti)

Les représentants de l’interprofession des vins de Bourgogne ont dressé mercredi un premier bilan « grave » des gelées qui ont touché fin avril l' »ensemble du vignoble » bourguignon.

« Personne n’est épargné », a déploré Jean-Michel Aubinel, le président de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB). « Cette année, il a gelé dans des zones où il n’avait jamais gelé », a-t-il noté.

Selon les premières estimations de l’interprofession, sur les 29.250 hectares que compte le vignoble bourguignon, environ 6.700 hectares ont des pertes allant de 31 à 70% suite au gel. Sur 6.800 hectares, les pertes atteignent de 71 à 100%.

En Bourgogne, de Chablis à la côte chalonnaise, le gel a frappé les vignes dans la nuit du 26 au 27 avril.

Les représentants du secteur, qui ont alerté les ministères de l’Agriculture et du Travail, ont indiqué que des expertises étaient en cours pour demander le classement des communes concernées en zones de catastrophes naturelles et de calamités agricoles.

Ils ont également mis en place une commission pour « travailler sur la possibilité d’un fonds mutualiste pour contrecarrer ce manque d’assurances » des viticulteurs, peu d’entre eux étant assurés contre les aléas climatiques.

Le président délégué du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, Claude Chevalier, a dit espérer que la météo plus clémente prévue dans les prochains jours permettra à la végétation de pousser, mais sans aucune certitude sur le développement des grappes.