Consternation dans le monde viti-vinicola français, depuis que l’organisation du Tour de France a annoncé que le vin « officiel » de l’épreuve pour les trois prochaines années serait… chilien. Des vignerons de l’Aude promettent déjà des bloquer des étapes.

Il est de notoriété publique que les cyclistes préfèrent carburer à l’eau minérale qu’au cru classé pour entamer l’ascension du Tourmalet ; et il est entendu, loi Evin oblige, que des étiquettes de vin ne risquent pas de s’afficher le long des départementales françaises pendant la Grande Boucle. Néanmoins, on peut légitimement s’étonner de voir que le « vin officiel » sélectionné par ASO (Amaury Sport Organisation), l’organisateur du Tour de France, ne soit pas français mais chilien. Par « vin officiel », il faut entendre : le vin présenté lors des Grands Départs et étapes du Tour de France se déroulant l’étranger, où la Loi Evin ne s’applique pas.

Ainsi, c’est le groupe chilien Cono Sur qui a été retenu pour installer son véhicule promotionnel dans la caravane publicitaire du Tour de France, avec sa cuvée « Bicicleta ». Cono Sur n’en est pas à ses débuts sur l’épreuve. Comme le rappellent nos confrères de Vitisphère, le groupe était déjà partenaire en 2014 et présent sur les trois premières étapes anglaises, puis en 2015 avec le départ à Utrecht et les trois étapes aux Pays-Bas et en Belgique. Cette année, le Tour de France doit notamment passer en Suisse, en Andorre et en Espagne, autant de belles vitrines publicitaires pour « Bicicleta ».

Ce qui est nouveau, c’est que le contrat passé entre ASO et Cono Sur s’étend désormais jusqu’en 2017, ce qui a le don d’agacer certains représentants du monde viti-vinicole français. A commencer par le Syndicat départemental des vignerons de l’Aude, qui par la voix de son président Frédéric Rouanet, a exprimé son indignation face à ce choix, et a d’ores et déjà annoncé que des actions seraient mises en place pour bloquer le Tour. Il se trouve que l’épreuve doit cette année passer par Carcassonne et Montpellier, en plein cœur du vignoble languedocien.

Le Syndicat départemental des vignerons de l’Aude, qui fédère 4000 adhérents, invite les autres syndicats viticoles français à lui emboîter le pas pour manifester son désaccord tout au long de la Grande Boucle. Les cyclistes vont-ils recevoir des litres de vin sur leur passage ? A suivre.