Bouteilles de vins bio dans une boutique Naturalia,  à Paris (photo I. Bachelard)
Bouteilles de vins bio dans une boutique Naturalia, à Paris (photo I. Bachelard)

Une étude IPSOS a été menée dans quatre pays européens pour savoir qui buvait du vin bio, pourquoi et comment. Résultat positif : un tiers des Européens boit du vin bio, régulièrement ou de temps en temps.

La consommation de vin bio n’est plus anecdotique. A la demande de SudVinBio, l’interprofession des vins bio de Sud de France, l’institut IPSOS a réalisé un sondage sur le vin bio en Europe. Après interrogation en juillet dernier d’un échantillonnage représentatif en France, au Royaume Uni, en Allemagne et en Suède, il ressort que 34, 9% des Européens boivent du vin bio, régulièrement ou de temps en temps. Les Suédois sont les plus nombreux, devant les Français, les Allemands et enfin les Britanniques. Cette consommation est plus jeune et plus féminine que pour le vin traditionnel, ce qui laisse présager un avenir positif pour les vignerons engagés dans le bio. De plus, 69, 3% des personnes interrogées se disent amatrices de vin en général, 31, 3% en boivent au moins une fois par semaine.

Le principal atout des vins bios est le respect de l’environnement (59, 6%) alors que le principal inconvénient est son prix ; 61, 1% des consommateurs considèrent que le vin bio est plus cher, un chiffre qui descend à 38, 6% pour les consommateurs réguliers. En moyenne les Européens sont prêts à dépenser 1, 20 € de plus pour une bouteille bio.

En ce qui concerne le contenu du verre et l’apparence de la bouteille, on constate que la marge de progression est vaste pour le monde du vin bio. Il y a 37% d’Européens qui ne reconnaissent pas le logo AB ou le logo européen du vin bio. Mais le plus étonnant est que seulement 20% des Européens pensent que le goût du vin bio est meilleur. Il s’agit de la première enquête faite depuis que l’Europe a donné une véritable définition légale du vin bio, et non plus seulement issus de raisins de l’agriculture biologique »