Cette structure coopérative du Pays d’Uzès (30) qui fête ses 90 ans en 2018, veut accélérer son activité conditionnée afin d’améliorer ses marges et favoriser l’implantation de jeunes vignerons dans les 4 prochaines années. La preuve avec « Secret de cave », nouvelle cuvée d’exception commercialisée ce vendredi 30 mars.

Un œil dans le viseur mais déjà tournée vers l’avenir. Non contente de s’être distinguée cette année de 12 médailles dont 8 or au Concours Général agricole, la cave coopérative Les Collines du Bourdic fondée en 1928 près d’Uzès, récidive en rajoutant à ses 35 références de vins caractérisées par un mix de production dynamique (en AOP Duché d’Uzès, IGP Pays d’Oc, Pays du Gard), une nouvelle cuvée d’exception, « Secret de cave – 1928 ».

Commercialisé ce vendredi à raison de 6 000 bouteilles, ce Carbernet-Sauvignon – Marselan 2015 élevé 18 mois en fûts de chêne puis six autres en bouteille, ouvre la voie à une nouvelle segmentation très haut de gamme. Son assemblage changera chaque année pour extraire le meilleur de la récolte parmi les 18 cépages que cette structure coopérative exploite sur 1 800 hectares de vignes, pour une production de 120 000 hl.

20% de conditionné sous 3 ans

« Nous conditionnons 15% de notre production avec 18 000 hectolitres réalisés en bouteilles et Bag in Box. Mais ils pèsent 30% de notre chiffre d’affaires, de 14 M €, détaille Gérard Bancillon, le président des Collines du Bourdic. Ce petit plus représente une plus-value générée de 10 € l’hectolitre que nous redistribuons en totalité à nos coopérateurs, par rapport au reste de la production vendue en vrac et soumise au yoyo du marché. »

CI-dessous : Stéphane Le Dréan et Gérard Bancillon.

Souhaitant réduire progressivement sa dépendance au vrac, la cave projette d’augmenter sous trois ans la part de ses vins conditionnés en bouteille pour la porter à 20%. L’ambition est de percer les marchés de monopole et le grand export sur les pays tiers, en Asie et Amérique du Nord notamment, nouveaux moteurs de croissance pour l’exportation des vins régionaux. « Les premières palettes sont parties pour les USA fin février. Nous allons encore renforcer cette présence par l’embauche d’un commercial export en mai, avec l’objectif de doubler nos volumes export pour les porter à 600 000 cols », annonce Stéphane Le Dréan, directeur général.

18 nouvelles installations

Cette offensive sur des circuits plus rémunérateurs, vont permettre de relever un autre défi, celui du renouvellement des générations. Particulièrement dynamique, la cave les Collines du Bourdic a déjà installé neuf nouveaux vignerons ces trois années passées et agrandi pour le faire, ses surfaces de récolte de 12,5 %.

« Un vieux dicton dit qu’un paysan, c’est riche quand ça meurt, observe Gérard Bancillon. Nous allons faire mentir cet adage en proposant un revenu attractif à nos coopérateurs – il était de 5 300 € l’hectare depuis trois ans – et en offrant aux jeunes vignerons candidats à l’installation un appui technique et administratif. » Déjà, dix nouveaux vignerons sont dans les starting-blocks pour s’implanter aux Collines du Bourdic dans les trois années à venir, dans le cadre de reprise d’activités.