Sortie cette semaine dans les kiosques du nouveau numéro de « Terre de Vins ». À l’approche des fêtes de fin d’année, le magazine fait la part belle aux flacons qui viendront accompagner nos réveillons.

240 belles bouteilles – accessibles à toutes les bourses ou nécessitant de piocher un peu dans la tirelire – tiennent la vedette du nouveau numéro de Terre de Vins, au cœur d’un cahier dégustation dédié aux célébrations de fin d’année. Bordeaux, Champagne, Rhône, Bourgogne, Languedoc, Loire, Provence, Corse, Jura, Sud-Ouest… les dégustateurs du magazine recommandent leurs flacons de prédilection pour accompagner nos réveillons. La gourmandise est de saison avec une mise en lumière d’un produit phare des fêtes, le chapon, et des vins qui lui vont bien. L’Abondance, fromage roi de Haute-Savoie, des crozes-hermitages en bio ou des vins du Languedoc-Roussillon imbattables sur le plan qualité-prix complètent le cahier central de ce magazine.

Toujours au sommaire : œnotourisme et cocktails en Armagnac ; escapade dans le Haut-Rhin, à la découverte des grands terroirs alsaciens ; cuisine en Isère, pour un menu « chasse royale » avec le chef Philippe Girardon et son second Ludovic Nardozza ; world escapade au Luxembourg, qui est aussi (le saviez-vous ?) une terre de vins.

Grands Crus : la relève des femmes

Les femmes et les hommes qui font le vin sont toujours à l’honneur dans Terre de Vins, avec une saga consacrée à la maison Brotte à Châteauneuf-du-Pape ; une rencontre avec l’œnologue Michel Rolland, qui nous parle relève et transmission ; un entretien « sur le divin » avec Silvio Denz, propriétaire de la maison Lalique et de trois crus classés, Faugères, Péby-Faugères et Lafaurie-Peyraguey ; un échange avec Hervé Novelli, Président du Conseil supérieur de l’œnotourisme, initiateur des Assises de l’œnotourisme qui se tiendront le 20 novembre prochain.

Enfin, le dossier Tribu de ce dernier numéro 2018 met en lumière les femmes qui président aux destinées de grands crus classés bordelais. De Lafite Rothschild à Ausone, en passant par Pontet Canet et Léoville Poyferré, le paysage du vin se féminise, et c’est tant mieux.

« Terre de Vins » n°56, 162 pages, 6 euros. Abonnez-vous en suivant ce lien.