L’Italie regorge de merveilles, notamment viticoles. La Tenuta di Valgiano est l’une de ses pépites qui témoignent de la grandeur de ce magnifique vignoble. Cap sur la Toscane.

Voir Lucca et mourir ? Hum, si vous êtes fanatique d’opéra, c’est à n’en pas douter un adage que vous ferez vôtre. Ville natale de Puccini, c’est une halte sublime, hors des sentiers battus, comme l’Italie en regorge. Dans ce coin du nord-ouest de l’Italie, la douceur de vivre se cache derrière les vieilles pierres ou au détour d’une oliveraie posée sur les collines avoisinantes. La Toscane et son pouvoir d’attraction… Au nord-est de la ville, une ancienne place forte d’une aristocrate locale. Un écrin posé au milieu de 40 hectares où le vivant s’épanouit. Domaine géré en biodynamie depuis 2000, la Tenuta di Valgiano dispose d’une large forêt, de 16 hectares de vignes mais aussi 8 hectares d’oliveraies et de champs de blé. Car la polyculture n’est ici pas un vain mot. Du vin, bien évidemment, ainsi que de l’huile d’olive et du miel sont produits sur ces terres riches et variées. Et tous parlent, évoquent leur origine. Bien nés, ils le sont. L’huile, très ronde en bouche et très épicée est un délice. Quant au miel, d’acacia ou de châtaignier, c’est une petite merveille. Un niveau qualitatif sans faille, provenant d’une exigence de tous les jours, que l’on retrouve bien sûr aussi dans les différentes cuvées du domaine.

De l’émotion

Rien n’est pire pour un vin que de dire de lui qu’il est correct. Un vin doit interpeler, surprendre, émouvoir. Sinon il n’est qu’un produit comme tant d’autres, sans intérêt particulier. Eh bien les vins de Valgiano ont ce pouvoir de susciter l’émoi. Sur une parcelle aux piquets tordus par une constellation de rochers calcaires naît la cuvée Palistorti (« piquets tordus » en italien). Le blanc 2016 est une rareté, seules 8000 bouteilles ont été produites. Sa belle robe orangée et son aromatique laisse imaginer de prime abord un vin orangé dont les grappes auraient macéré longtemps, à la manière d’un vin rouge. Mais il n’en est rien ! 1 jour, c’est le court temps de macération nécessaire au vermentino pour se laisser apprivoiser pendant le pressurage. De ces raisins aux peaux épaisses ressort un vin au léger gras en attaque suivi d’une immense fluidité de bouche à l’équilibre parfait. Et quelle vibration en bouche. Un élan qui va crescendo et qui se découvre allegro gracioso… Du Puccini en bouteille.

La version rouge du Palistorti fait quant à elle la part belle au sangiovese, la gloire locale. Il en ressort en 2015 des tannins et un fruité croquants, le tout porté par une acidité vivante. Un éveilleur de papilles. Le Tenuta di Valgiano est quant à lui plus sérieux encore. Un vin à la structure plus dense, aux arômes très purs de fruits noirs. Le 2014 célèbre ainsi la myrtille. Le 2015, plus floral est aussi plus épais. Mais c’est le 2011 qui démontre toute la capacité du crû à vieillir admirablement. Fumé, lardé, il évoque les pierres chaudes et la cire. Plénitude, énergie folle, il est charnu et velouté. Ne reste plus qu’à écouter un air de Tosca et le paradis n’est plus bien loin.

www.valgiano.it