Le château de Chambord, folie architecturale imaginée par le roi François 1er au cœur d’une forêt de 5 000 ha, se dote d’un vignoble. La première récolte fera honneur dès 2019, pour le 500è anniversaire du château, au noble pinot noir et plus rare cépage romorantin.

Un nouveau vignoble qui se plante, c’est toujours une bonne nouvelle. Quand l’idée vient d’un des plus impressionnants châteaux de la Loire comme Chambord, on s’en réjouit d’autant plus que tous les atouts semblent réunis pour faire de cette initiative une réussite œnologique et patrimoniale.
Pour mener à bien le projet, les Marionnet, père et fils ont en effet été appelés, en voisins experts, qui réjouissent depuis des années les amateurs avec leurs cuvées éclatantes de fruit du domaine de la Charmoise. Le choix des cépages s’est notamment porté sur le rare cépage romorantin, qui a justement été importé en Val de Loire à l’époque de la construction de Chambord. Henry Marionnet en possède une parcelle de 36 ares non greffée, car datant vraisemblablement de 1840, avant le phylloxéra ; il a pris des sarments de ces vignes véritablement exceptionnelles pour faire les nouveaux ceps, qui ont été plantées de même, sans porte-greffe. Jean-Sébastien Marionnet, qui prend la suite de son père, affirme que « si cette vigne a tenu le coup, c’est qu’elle s’est immunisée. Elle possède un patrimoine génétique exceptionnel » D’ailleurs il a déjà utilisé ses bois en « franc de pied » et sans aucun problème depuis 2007 pour sa cuvée La Pucelle de Romorantin.

La première plantation a eu lieu le 12 juin, 2 hectares de ce romorantin et 4 de pinot noir, nom actuel de l’ « auvernat », dont la présence est attestée à Chambord au XVIIIè siècle. La Ferme de l’Ormetrou, située au milieu des vignes abritera bientôt une cave et un gîte éco-conçu. Le public sera encouragé à visiter et même à participer aux vendanges. Les premières bouteilles étiquetées Chambord sont attendues dans quatre ans pour célébrer en 2019 les 500 ans du château.