Égrainées en bordure du lac Léman ou jouxtant à l’ouest le département de l’Ain, la Haute-Savoie possède une ribambelle de micro appellations. Des vins de caractère qui n’ont rien à envier à des régions plus connues. A découvrir sur place, en mode tourisme entre sports nautiques, alpinisme et randonnée.

Si la Savoie compte 36 sommets de plus de 3 500 mètres, cette région abrite aussi une multitude de vallées aux sols variés et aux expositions propices à la culture de la vigne, qui y est implantée depuis les Romains ou même les Gaulois juste auparavant.

La partie du nord du vignoble savoyard, située dans les départements de Haute-Savoie et Ain, ne compte que pour 12% des volumes, mais ses vins sont si originaux qu’ils méritent vraiment le détour. A moins qu’ils ne justifient carrément le voyage. En effet la production est infime et les quelques milliers de bouteilles de blanc – ainsi que quelques rouges et effervescents – sont presque toutes achetées sur place, par les touristes de passage et les amateurs séduits qui les réservent d’année en année.

Les rives du Lac Léman

Sur la rive opposée à Lausanne, les bords du lac Léman ne sont pas aussi pentus, mais ils usent du même cépage chasselas pour produire des vins blancs secs, dont le style varie du simple au délicieux et nuancé. On apprécie le château de Ripaille (vin-de-savoie ripaille) aux parfums de fleurs et d’herbes, le domaine Mercier Goutte d’Or (vin-de-savoie crépy), qui sait vieillir harmonieusement (le 1992 est en peine forme) le Château La Tour de Marignan (vin-de-savoie marignan) et la jolie gamme du domaine Delalex (vin-de-savoie marin) avec leur Clos du Pont 2016 et leur Tradition 2012.

La vallée de l’Arve

Si l’on quitte le lac Léman et qu’on descend vers le sud-est on rencontre très vite un minuscule vignoble qui porte le joli nom de Ayze. Trois ou quatre vignerons résistent sur leur coteau et proposent des vins, blancs principalement, qui enchantent par leur style vif et ferme en bouche, mais dont les parfums évoquent qui l’abricot de Condrieu, qui le miel d’acacia du chenin blanc de la Loire : caractéristique du cépage local et rare, le gringet. Les noms à retenir ici, près de Bonnevile, sont les familles Belluard, Gantin et Montessuy. Leurs bulles méritent aussi l’attention.

Le long du Rhône

En descendant au sud-ouest de Genève et Annemasse, le long de la vallée du Rhône apparait le vignoble de Frangy, un mouchoir de poche auquel réussit le cépage altesse. Les vins de Bruno Lupin (roussette-de-savoie frangy) séduisent par leur complexité aromatique et leur bouche franche et pleine. Quant aux vignobles de Seyssel, qui possèdent leur propre appellation depuis 1942, ils se trouvent un peu plus au sud, à cheval sur les départements de l’Ain et de la Haute Savoie. S’ils produisent des blancs amples et parfumés qui jouent leur rôle à table, ils sont surtout connus pour leurs bulles. Gérard Lambert, président de l’appellation et repreneur de la marque un temps fameuse Royal Seyssel est un ambassadeur enthousiaste.