(Photo Millésima)
(Photo Millésima)

Le n°59 de Terre de Vins arrive dans les kiosques cette semaine. Les primeurs de Bordeaux y occupent une place centrale. Avant de découvrir en intégralité nos notes et commentaires sur le millésime 2018, nous vous livrons chaque jour nos coups de cœur en exclusivité. On poursuit avec les Grands Crus Classés de Saint-Émilion.

Mathieu Doumenge a dégusté les Grands Crus Classés de Saint-Émilion pour Terre de Vins. Sa vision du millésime : « Beaucoup de superlatifs ont été brandis pour qualifier ce 2018. La vérité est plus mesurée. Globalement, c’est un millésime moins homogène que le très grand 2016. C’est un vrai millésime identitaire, où se distinguent nettement les grands terroirs et les grands vinificateurs. Ceux-là ont réalisé des vins immenses, sans jamais que le millésime ne ‘prenne le dessus’. Des vins avec une personnalité, un propos, qui resteront dans l’histoire. »

Château Cheval Blanc
1er Grand Cru Classé ‘A’
99-100

Jusqu’où aller dans l’affirmation d’un style, d’un terroir, d’une identité ? La réponse avec ce Cheval Blanc 2018 qui, bien que différent du 2016, atteint un nouveau sommet. C’est un vin qui va au bout de ses idées. Nez incroyablement floral (iris, violette), fruit pur, frais, juteux, d’une folle précision. Mais ce qui subjugue, c’est la texture, aérienne, comme en suspension, d’une suprême élégance tout en étant intense et persistante. Certains vins sont sculptés, celui-ci se révèle comme une estampe – il recèle même la beauté concise d’un haiku. Un vin de pure sensation dont l’impact reste gravé dans la mémoire du dégustateur.

Château Figeac
1er Grand Cru Classé
99

Après un 2017 bousculé par le gel, 2018 constitue un retour en majesté, voire une revanche. L’assemblage très Figeac (37% merlot, 33% cabernet sauvignon, 30% cabernet franc) signe un vin d’une harmonie désarmante, entre chair voluptueuse, race et longueur. De la profondeur, un parfum qui aspire et inspire, un profil solaire et sanguin mais en même temps frais et vibrant. Les tanins sont d’une précision remarquable et la longueur se décline sans fin dans ce vin à l’équilibre exceptionnel. C’est un très beau Figeac, un superbe saint-émilion, un grand vin de Bordeaux. Tout est là.

Château Beauséjour-Bécot
1er Grand Cru Classé
96-97

Nouvel alignement de planètes dans cette propriété familiale juchée sur un très beau terroir du plateau : nouveau directeur technique, nouvel œnologue, de grands travaux en vue et une Juliette Bécot plus impliquée que jamais pour hisser ce Beauséjour au sommet. La progression est déjà palpable de façon spectaculaire sur ce 2018, délicat, floral et frais. Une matière toute en finesse, une structure de dentelle, un profil vivace, élancé, un fruit mordant mais bien mûr. Le dessin du vin est passionnant. Sans conteste une révélation du millésime, un bon achat en primeur et une valeur à suivre.

Château Fleur-Cardinale
Grand Cru Classé
96-97

Millésime de renaissance pour Fleur Cardinale, qui a remis son vignoble en parfaite santé après un 2017 douloureux. On retrouve la signature maison : une approche parfumée, sensuelle, un superbe crémeux, un fruit dense et juteux, précis, qui se déploie avec grâce, mais avec un supplément d’énergie, de fraîcheur et de précision. La texture est veloutée et caressante, les arômes de fruits noirs laissent la place aux épices, à la girofle, à des notes presque orientales. L’ensemble est soutenu par une belle trame acide. Un modèle d’équilibre et d’élégance pour un vin qui gagne encore en précision. Une invitation au voyage.

Ces vins constituent une sélection parmi les coups de cœur ou les vins les mieux notés de notre cahier Primeurs. Retrouvez toutes les notes et tous les commentaires de la rédaction de Terre de Vins dans notre n°59, en kiosques le 7 mai prochain.