TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

NÉOVINUM – VIGNERONS ARDÉCHOIS

Depuis 1967, les Vignerons Ardéchois travaillent avec passion 6000 hectares de vigne, répartis sur une mosaïque de terroirs, depuis les grès des Cévennes où explose le fruit, aux calcaires du Bas-Vivarais où s’expriment des tanins fins et denses, en passant par les roches volcaniques des flancs du Coiron et les galets roulés de la Vallée du Rhône qui confèrent aux vins une structure et une complexité aromatique. En sélectionnant les cépages les plus adaptés à leurs terroirs, en s’inspirant des meilleures pratiques culturales, ils ont su faire progresser constamment le vignoble ardéchois. Aujourd’hui, ils réunissent 1000 familles de vignerons, autour de 12 caves coopératives réparties sur l’Ardèche méridionale pour couvrir toute la palette des vins d’Ardèche : AOP Côtes du Vivarais, AOP Côtes du Rhône et IGP Ardèche, dont il est le principal producteur. Depuis de nombreuses années, les Vignerons Ardéchois souhaitaient offrir à ces vins un espace de vieillissement idéal – taux d’humidité et température stables, aucune vibrations, pas ou peu d’éclairage – et mesurer leur potentiel d’évolution, dans le but de faire évoluer la viticulture ardéchoise. C’est désormais chose faite depuis Mars 2018 avec l’aménagement d’une vinothèque à 50 mètres sous terre, au cœur du Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac. Avec une température constante de 12°C, un taux d’humidité entre 95 et 100% tout au long de l’année, un calme et une obscurité complète, cette grotte millénaire se révèle être un espace de vieillissement idéal pour les plus belles cuvées des Vignerons Ardéchois : – Grand Aven, un vin issu de sélections parcellaires de Grenache Noir et de Syrah, cultivés sur les sols calcaires de l’AOP Côtes du Vivarais, autour de la commune d’Orgnac-l’Aven. Destinées au grand public, les bouteilles seront commercialisées après un an d’élevage sous terre. – Terra Helvorum, la quintessence de la Syrah cultivée sur des terres volcaniques à faible rendement, exprimant toute la puissance et la richesse de ce grand cépage. 5 000 bouteilles seront destinées aux restaurants, après un élevage d’un an minimum au cœur de l’Aven d’Orgnac. – Gamme Terre d’Ardèche – IGP Ardèche – Sélections parcellaires : 1000 bouteilles destinées à des dégustations professionnelles (clients professionnels, œnologues, sommeliers…). Ces dégustations nous permettent aujourd’hui de mesurer l’évolution de nos vins au fil des millésimes. Des visites guidées à destination du grand public sont régulièrement organisées de Février à Octobre afin de proposer une expérience de dégustation hors du commun, mais aussi dans le but de faire découvrir l’AOP Côtes du Vivarais, puisque la cuvée Grand Aven fait partie des vins proposés en dégustation. La visite débute par la découverte de la vinothèque des Vignerons Ardéchois et des 10 000 bouteilles entreposées. Puis elle se poursuit sur une terrasse aménagée spécialement pour la dégustation des vins, avec une vue imprenable sur les stalagmites et stalactites de l’Aven d’Orgnac. 3 vins (1 blanc et 2 rouges) sont dégustés ; le guide, spécialisé en œnologie, aborde toutes les étapes de la dégustation et décrit chaque vin (cépage, terroir, caractéristiques organoleptiques…) Enfin la visite se poursuit jusqu’à 121 mètres sous terre, et permet de comprendre la formation de cette grotte millénaire.
Rhône
Voir

TERRES DE SYRAH BY CAVE DE TAIN

L’œnotourisme c’est avant tout valoriser des métiers, le travail d’hommes et de femmes, le savoir-faire français et mondial d’un produit. En allant plus loin dans cette démarche, la mise en valeur d’un territoire paraît être indispensable à son développement. La région de la Vallée du Rhône Nord est un territoire très divers en termes de sols : elle a effectivement, pour la plupart des appellations, connu les quatre aires géologiques. Cette variété de sols et de terroirs produit des vins de très grande différence, selon les expositions, les appellations, les sols, etc. Mettre en avant la diversité appellations était l’occasion de mettre en exergue cette diversité et cette complexité. Afin d’amener les touristes à la rencontre de ces appellations, un parcours intuitif à été créé dans les vignes de l’Hermitage dès 2011 : le sentier « Sur les pas de Gambert ». Il s’agit d’un parcours libre avec 11 points d’arrêts et des explications sur le paysage, les vignes, les cépages, les sols… Une carte dépliante est mise à la disposition des marcheurs à la boutique de la Cave, point de départ de la randonnée de 4 km. Les informations peuvent également êtres trouvées sous forme de QR code sur les panneaux présents au long du parcours. Des prestations sur-mesure sont également organisées, notamment sur des petits groupes, au cours desquelles les clients peuvent aller sur différents points d’une appellation, à la découverte des divers terroirs. L’idée est de faire prendre conscience à ces derniers de la variété des facteurs influençant un vin (différences de sols, d’altitude, d’ensoleillement, etc.) et qu’ils soient en mesure de connaître (et peut-être reconnaître !) les spécificités de nos vins, notamment sur les gammes « Terroirs d’Exception », où un vin correspond à une unique parcelle.Chaque été, ateliers « De la Vigne au Verre », pour que les touristes saisissent la complexité du travail depuis la parcelle de vigne jusqu’au verre. Un petit groupe part à la rencontre d’un vigneron coopérateur qui explique ainsi son métier, le cycle d’une vigne, etc. La demi-journée se poursuit par une visite de la Cave de Tain, puis par une dégustation : on retrace le parcours du raisin. L’éducation du consommateur vers ce type d’oenotourisme est d’une grande importance, particulièrement dans une région comme la nôtre où l’agriculture prime sur tout autre type d’économie. L’habitant doit connaitre cet art noble qu’est la viticulture. Car le consommateur n’est pas que dégustateur, il est également ambassadeur !
Rhône
Voir

MAISON CAZES

C’est en hommage à Aimé CAZES, fondateur du Domaine, père d’André et Bernard, que ce restaurant, situé au cœur de la Maison CAZES, a tout naturellement trouvé son nom. Ce projet longuement mûri, a pris forme grâce à la complicité de Lionel Lavail, directeur de la Maison CAZES et du chef, Sébastien Colombier.Au cœur du domaine viticole, face à la majestueuse salle des foudres, le restaurant la Table d’Aimé, propose de redécouvrir le goût des bonnes choses avec une cuisine à la fois raffinée et authentique, mettant un point d’honneur à respecter le produit et le terroir. Des côtes Méditerranéennes aux terres Catalanes, le Chef Sébastien Colombier a noué des liens étroits avec les producteurs locaux qui lui apportent, au rythme des saisons, le fruit de leur pêche, de leur élevage et de leurs récoltes. Les vins du domaine Cazes sont servis aux côtés de mets d’inspirations catalane et méditerranéenne, afin de faire découvrir à nos clients le plaisir d’accompagné nos vins durant un repas en bonne compagnie. Un lieu dédié à l’accueil des clients de la maison permet à nos clients de découvrir, s’ils le souhaitent toute la gamme des vins signés CAZES, de notre collection de vieux millésimes en vins secs et vins doux naturels (dès 1931) ainsi que la vente de produits régionaux. Tous les mardis de la saison estivale, le restaurant vous retrouve autour de soirées musicales variées, l’occasion de déguster la cuisine du chef et de son équipe accompagnée des vins Cazes.
Roussillon
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Un souffle nouveau pour la famille Rousselle-Riboud à Chante-Bise

Valérie Rousselle, des châteaux varois Roubine et Sainte-Béatrice, vient d’acquérir avec son fils Adrien Riboud le domaine rhodanien de Chante-Bise avec 75 hectares de vignes à Suze-la-Rousse (26).« Chante-Bise, c’est vraiment un joli nom et une opportunité de s’étendre vers le nord alors que la plupart des vignerons cherchent toujours des terres au sud », ironise Valérie Rousselle, propriétaire des châteaux Roubine et Sainte Beatrice à Lorgues dans le Var. La dynamique Varoise et son fils Adrien Riboud, qui l’a rejoint pour se charger du développement, viennent donc d’acquérir le domaine de Chante Bise à Suze-la-Rousse, à la frontière de la Drôme et du Vaucluse. Il appartenait aux frères Rieux, Yves et Michel, ce dernier étant maire de la commune. L’exploitation familiale, route de Bollène, compte 95 hectares dont 75 de vignes réparties en une demi-douzaine de parcelles (avec une entité de 46 hectares autour de la cave), les chênes truffiers ayant été conservés par la famille Rieux. Le vignoble, sur des sols profonds de galets roulés et d’alluvions, est planté essentiellement en grenache mais également en syrah, mourvèdre, carignan, merlot, cabernet sauvignon, complétés de 2 hectares de blanc (viognier, marsanne). Il produit des AOP Côtes-du-Rhône, Côtes-du-Rhône Villages Rochegude et Suze-la-Rousse et des IGP sur 38 hectares. « Nous avons été séduits à la première visite par ce cadre magnifique entre le mont Ventoux et les dentelles de Montmirail, avoue Valérie Rousselle. Il est vrai que nous cherchions depuis un moment une opportunité dans les parages. Adrien et moi aimons beaucoup les côtes-du-rhône rouges et en suivant en 2008 une formation de plusieurs mois à l’université de Suze-la-Rousse, j’avais eu l’occasion de découvrir cette belle région de la vallée du Rhône méridionale. » Valérie Rousselle (photo : F Hermine) Vers le bio et la bouteille Outre les rouges rhodaniens, Chante-Bise va permettre aux Rousselle-Riboud de répondre aux besoins en IGP Méditerranée rosé, « en croissance, surtout pour la grande distribution, en partie à cause de la hausse rapide et forte des cours du vrac des côtes-de-provence, en particulier en bio ». Chante-Bise est déjà travaillé en bio sur la moitié de la propriété, en conversion pour le reste (Château Roubine et Château Sainte Béatrice sont désormais en bio, soit environ 120 hectares et poursuivent la démarche en biodynamie). Des investissements ont rapidement été nécessaires pour équiper en pompes de froid la cave d’une capacité de 20 000 hl comprenant divers contenants (foudres, cuves béton, cuves inox) afin d’assurer les prochaines vendanges « dans les meilleures conditions possibles mais nous serons vraiment en place pour celles de 2020, reconnaît Valérie Rousselle. Nous venons d’embaucher un régisseur piloté par notre maître de chai Pierre Gerin et accompagné par un couple d’œnologues conseil et Michel Rieux pour se familiariser avec le fonctionnement de la cave ». La cave, qui produisait surtout du vrac, devrait développer à terme la vente en bouteilles, notamment d’ici deux ans dans un nouveau caveau situé idéalement sur l’axe touristique entre Bollène et Nyons.
Terroirs et Vignobles
Lire la suite

Nos itinéraires de l’été #31 : Vallée de la Marne, d’est en ouest

Chaque jour jusqu’à la fin du mois d’août, retrouvez un itinéraire dans le vignoble français : de bonnes adresses sélectionnées par l’équipe de « Terre de Vins » à l’occasion du hors-série Œnotourisme paru en avril 2019. 31ème étape : à la découverte de la Vallée de la Marne.Champagne Collet-Cogevi : coopération et innovation La plus ancienne coopérative de Champagne (la Cogevi) a des allures de Grande Dame à Aÿ. Sa structure imposante permet aux visiteurs de s’immiscer dès l’entrée dans l’histoire grâce à des documents historiques en collaboration avec l’agence des Bâtisseurs de mémoire. Ce patrimoine, longtemps resté secret, invite par la valorisation du musée, la Villa Art déco, à une expérience unique en son genre. Depuis peu, la découverte des caves historiques s’ajoute au parcours permanent, dressant un panorama complet, de la révolte vigneronne du début du XXe siècle à l’élaboration du champagne. Dans une démarche d’adaptabilité et d’innovation œnotouristique, un petit robot a fait son apparition depuis l’été 2018 permettant aux personnes à mobilité réduite de suivre la visite lorsque les autres visiteurs descendent en cave. Piloté grâce à une tablette tactile équipée d’un micro, la personne en fauteuil roulant guide le robot et peut échanger facilement avec le reste du groupe. Il fallait y penser ! Des ateliers et des événements sont organisés tout au long de l’année (réservables en ligne) : initiation au surprenant accord champagne et fleurs, marché de créateurs, découverte du goût (pour toute la famille)… Enfin, ambiance jazzy de mai à septembre tous les jeudis et vendredis en fin de journée à la Villa Collet (à partir de 7 €). Visites du jeudi au dimanche (environ 1 h 30, à partir de 18 €). Champagne Collet-Cogevi – Cité du Champagne – 51160 Aÿ 03 26 55 98 88 – www.citeduchampagnecolletcogevi.com Champagne de Telmont, l’effervescence familiale À Damery, à quelques kilomètres d’Épernay, la 4e génération de la famille Lhopital s’attelle à faire de la 20e plus grande maison de Champagne un lieu convivial d’exception. Initiateurs depuis 2007 des « ateliers champagne », ils ont à cœur de livrer leurs secrets. Au choix, « L’Âme du champagne », un parcours de 2h30 avec dégustation de vins clairs (à partir de 47 €/pers.), mais aussi les incontournables-prestige avec « L’Atelier de l’œnologue » pour créer votre propre cuvée en réalisant votre assemblage (3 h 30, à partir de 177€/pers.) et « La Journée vendanges » en saison pour mettre un pied dans les vignes, avec dégustation de plats traditionnels au milieu des raisins prêts à être cueillis (sur réservation). Entre savoir-faire et passion, vivez des moments d’exception dans une des rares maisons restées 100 % familiales en Champagne. Tiré-bouché liège, remuage manuel, vinification et vieillissement en foudre, autant de gestes ancestraux qui traduisent la volonté de Bertrand et Pascale (frère et sœur) de partager ce qui fait vivre depuis des générations leur métier de vignerons. Champagne De Telmont – 51480 Damery 03 26 58 40 33 – www.champagne-de-telmont.com Plongée dans la Cave aux coquillages Si la plupart des caves de Champagne cachent de jolis trésors, il faut remonter plusieurs dizaines de milliers d’années en arrière pour découvrir que dans les sables calcaires d’origine se cachent des coquillages. Présentés dans la roche tels qu’ils ont été découverts, ces fossiles invitent à une expérience paléontologique permettant aux visiteurs de s’immiscer dans le quotidien des géologues. Plongez dans une cave sans bouteilles… une expérience unique avec pour seuls voisins 300 coquillages uniques au monde. L’histoire des « dessous » de la Champagne n’aura plus de secrets pour vous. Visite 1 h 30 – 13 €/adulte avec dégustation de champagne. La Cave aux coquillages – 51480 Fleury-la-Rivière 03 26 58 36 43 – www.geologie-oenologie.fr Champagne Pannier, des caves comme un écrin Après plusieurs mois de travaux, les cuvées Pannier ont retrouvé leur écrin. Les caves médiévales, impressionnantes et rares, permettent aux visiteurs de suivre un parcours de 45 minutes avec la projection de vidéos directement sur la roche racontant les méthodes d’élaboration du champagne, son histoire et bien sûr les caractéristiques de ce groupe coopératif. La maison Pannier (marque identitaire de la Covama , coopérative vinicole qui détient aussi Jacquart et Montaudon) a permis à Philippe Dupuis, chef de cave, d’assembler des cuvées équilibrées et racées qui se distinguent désormais dans le monde entier. Les grands classiques que sont le brut sélection, demi-sec séduction et rosé sélection assurent une belle entrée de gamme sur des champagnes d’apéritif. Pour aller plus loin, Égerie ou Velours, des gammes de prestige aux arômes complexes parfois atypiques comme ce Rubis velours vinifié avec près de 35 % de vin rouge de Champagne. Champagne Pannier – 02400 Château-Thierry Champagne Belin, hors des sentiers Olivier Belin est l’un de ses vignerons qui ne laissent pas indifférent. Fervent défenseur de son terroir (il est très actif au sein d’associations de vignerons locales), il a décidé de quitter la coopérative il y a vingt ans pour élaborer ses propres cuvées. Sans l’aide de personne, si ce n’est le regard bienveillant de son père, il se lance bon pied bon œil dans l’aventure vigneronne avec ce qui l’anime au jour le jour : son attachement au terroir de la vallée de la Marne. Situé en bord de route, loin des visites marquetées, Olivier vous accueille sur réservation et vous fera visiter son exploitation, qui colle plus que jamais à son esprit d’authenticité. À la clef, des cuvées-terroir laissant s’exprimer le meunier et résolument poétiques comme ce Bel Instant (90 % meunier, 5 % pinot noir, 5 % chardonnay), un champagne floral au nez croquant, à la finale légèrement amère. Idéal en apéritif, ce brut signe déjà l’identité d’Olivier (15,50 €). Champagne Belin – 02400 Essômes-sur-Marne 03 23 70 88 43 – www.champagne-belin.fr CARNET PRATIQUE Où bien manger Le Château de la Marjolaine Restaurant, bar à champagne, pension de famille, Jean-Pierre et Bruno soufflent au Château de la Marjolaine un vent de simplicité. C’est ce qu’on appelle le principe de l’élégance décomplexée. Entre objets chinés et déco baroque, la table mérite le détour – comptez 18 € pour un menu entrée-plat ou plat-dessert (verre de vin inclus). À la carte, vallée de la Marne oblige, des champagnes identitaires de vignerons qui feront de vous des mordus de ce terroir de meuniers. 02400 Essômes sur Marne – 0323697780 – www.chateaumarjolaine.com Où bien déguster La Banque à bulles Anne-Sophie Davesne a fait de cette ancienne Banque de France tombée en désuétude un lieu atypique, en plein centre de Château-Thierry. Restaurant, bar à champagne, animations en soirée, Anne-Sophie, ancienne décoratrice d’intérieur a donné un coup de fouet à cet intérieur par des créations audacieuses, laissant l’austérité pour la convivialité. Un guichet made in Champagne, pur jus où les bulles ne se comptent plus. Ouvert du lundi au dimanche (sauf dimanche soir). 02400 Château-Thierry – 0775261224 – www.labanqueabulles.com
Terroirs et Vignobles
Lire la suite

AXA Millésimes s’étend au Portugal

Le géant français de l’assurance, déjà propriétaire de Quinta do Noval, dans la vallée du Douro, a annoncé l’acquisition de la propriété voisine : Quinta do Passadouro.Le vignoble de Passadouro – qui appartenait jusqu’à présent à la famille Bohrmann, réputée pour son domaine bourguignon –, est constitué de deux parcelles principales, toutes deux voisines du vignoble de Quinta do Noval. Une parcelle est située dans la vallée de Pinhão qui figure parmi les plus grands terroirs de la vallée du Douro, dans laquelle se trouve également la majorité du vignoble de Noval. L’autre parcelle est localisée dans la vallée de Roncão, qui est aussi un terroir du plus haut niveau, où Noval possède également des vignes très importantes. L’équipe de Passadouro restera au sein de la propriété et rejoindra l’équipe de Quinta do Noval, affirme Christian Seely, directeur Général d’AXA Millésimes et de Quinta do Noval : « Nous avons l’intention de maintenir la marque Quinta do Passadouro, qui a produit des vins impressionnants – des vins de Porto et des vins rouges non fortifiés – sous la gérance de la famille Bohrmann. Les 36 hectares de Quinta do Passadouro ajoutés aux 145 hectares de Noval élèvent notre superficie totale plantée à 181 hectares. Depuis de nombreuses années, la famille Bohrmann s’est occupée avec amour de Passadouro, et nous sommes très heureux d’avoir acquis cette magnifique propriété et de s’appuyer sur l’excellent travail accompli depuis l’achat du vignoble par Dieter Bohrmann en 1991. Quinta do Noval continuera à veiller sur les vignobles de Passadouro avec le même dévouement et nous espérons produire de nombreux grands vins issus de cet endroit exceptionnel.»
Business
Lire la suite