Accueil Actualités Hospices de Beaune : le record collectif et émouvant du négoce bourguignon

Hospices de Beaune : le record collectif et émouvant du négoce bourguignon

Le ban bourguignon des associations, personnalités et acheteurs après l'adjudication de la pièce de charité. ©Clément L'hôte

Auteur

Clément
L'Hôte

Date

20.11.2022

Partager

La pièce de charité des ventes 2022, un corton grand cru choisi en hommage à Louis-Fabrice Latour, a suscité un élan de générosité des maisons Latour et Drouhin, complété par d’autres maisons de Bourgogne.

ERRATUM : dans une première version de l’article, il a été indiqué que la maison Bouchard Père et Fils avait remporté la pièce. Il s’agissait d’une information erronée, due à une mauvaise compréhension des propos du commissaire-priseur. Nous présentons aux maisons Latour et Drouhin toutes nos excuses pour cette erreur.

Un moment dont la Bourgogne se souviendra. Lors de la 162e édition des ventes aux enchères des Hospices de Beaune, dimanche 20 novembre, la prestigieuse pièce de charité a uni acheteurs, maison de vin et personnalités dans le rire et les larmes.

Après une quinzaine de minutes d’enchères palpitantes, ce corton grand cru a été remporté par un collectif de maisons bourguignonnes. Les maisons Louis Latour et Joseph Drouhin ont chacune donné 350 000 euros, tandis les maisons Badet Clément, Albert Bichot, Boisset, Bouchard Père et Fils, Champy, Chanson, Faiveley, Louis Jadot, Olivier Leflaive, Patriarche et Veuve Ambal ont complété avec une somme de 110 000 euros. Total : 810 000 euros. Le record de 2021 (800 000€) est battu, par des Bourguignons qui plus est. « Ça reste à la maison, c’est merveilleux », s’est exclamé Benoît Magimel, parrain de l’édition aux côtés de Flavie Flament, après le coup de marteau.

La somme sera partagée par deux associations dédiées à la protection de l’enfance. Princesse Margot, créée par Muriel Hattab, aide les enfants atteints de cancer et leurs proches en France. Vision du Monde, plus internationale, crée des projets de soutien aux enfants victimes de la pauvreté et de mauvais traitements à travers le monde.

Deux organisations bien aidées par Flavie Flament et Benoît Magimel. La journaliste et l’acteur ont formé un duo complice, allant à la rencontre des plus gros acheteurs de la salle pour les pousser à enchérir, sous les rires et applaudissements.

Hommages à Louis-Fabrice Latour

À l’issue de la vente, l’épouse de Louis-Fabrice Latour, Patricia, s’est félicité avec émotion de ce record. «C’est le plus bel hommage possible rendu à Louis-Fabrice, mon époux, décédé en septembre dernier, et à qui la pièce de charité était dédiée cette année. Je pense avoir été exaucée et suis heureuse que la Maison Louis Latour y ait participé aux côtés de nos amis la Maison Joseph Drouhin, en achetant conjointement la pièce de charité. Le fait que les autres maisons de négoce se soient unies afin de rajouter les 110 000 € manquants à faire de cette pièce un record absolu est hautement symbolique pour moi. Elles marquent ainsi leur soutien à une cause qui nous a personnellement beaucoup touchée Frédéric comme moi : l’enfance en souffrance en France et dans le monde (et plus particulièrement les enfants atteints de cancer). Mais il s’agit aussi d’un geste envers Louis-Fabrice qui a tant marqué la Bourgogne et l’interprofession : j’y suis extrêmement sensible et les en remercie. »

Très touché, Frédéric Drouhin, président de la maison Joseph Drouhin, a également réagi : « Il n’y a rien de plus réjouissant que le rire ou le sourire d’un enfant mais rien de plus frustrant que de voir un enfant malade, de surcroît par un cancer, cette maladie si injuste. Nos deux familles ont vécu des moments personnels très forts, avec le départ de ma fille Romane et celui de mon ami Louis-Fabrice Latour. Il était tellement cohérent de nous porter acquéreur avec la Maison Louis Latour afin de soutenir deux associations qui nous touchent, en particulier Princesse Margot, afin d’apporter soutien et réconfort aux enfants malades et à leurs familles. Nous sommes très touchés que nos collègues de la FNEB nous aient rejoint portant ainsi un montant formidable aux associations. Nous les félicitons pour leur travail. »