La cave coopérative Vinescence (1 200 hectares de vignes, 16M€ de CA), située à Saint-Jean-d’Ardières en Beaujolais, a trouvé la forme juridique adéquate pour donner corps à son projet de financement participatif du vignoble, afin d’en assurer la pérennité en favorisant l’un des enjeux majeurs de la viticulture et de l’agriculture de demain : l’installation et le renouvellement des générations, grâce à l’acquisition de surfaces mises à disposition des néo-installés. Son président, Thierry Locatelli, a présenté hier, le projet et la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif).

Ensemble, on va plus loin

La place du collectif a toujours été centrale dans l’action de la cave Vinescence, créée en 1929. Surmonter la crise du Beaujolais il y a vingt ans, être moteur sur les mutations sociales et agricoles (par exemple sur la certification HVE 3), encouragement des vignerons à planter du chardonnay dès 2006/2007 pour opérer une mue et préserver les surfaces… Or l’un des enjeux de taille pour le vignoble est d’assurer la transmission et la reprise des exploitations. Ce pour quoi Vinescence s’engage déjà, au travers de prêt à taux zéro pour les restructurations, la mise en place d’une avance sur récoltes pour les néo-installés, une aide technique à la cave et la mise à disposition de terres et de surfaces pour permettre au néo-vigneron de vivre. C’est précisément ce dernier point qui prend une nouvelle envergure au travers de la création de la SCIC.

Un investissement pour tous les acteurs du territoire

Favoriser l’économie d’un territoire, s’inscrire dans le courant de l’économie sociale et solidaire, assurer une bonne gestion du foncier, faciliter la reprise d’exploitations hors cadre familial : Vinescence et la SCIC souhaitent résolument s’inscrire dans une démarche vertueuse.

À l’image de ce projet, les soutiens proviennent de tous les acteurs du territoire. Un partenariat avec le lycée agricole de Bel-Air a été conclu, afin de communiquer auprès des jeunes sur les possibilités qu’offre la coopération et qu’ils méconnaissent souvent.

Les collectivités locales s’engagent également, conscientes des enjeux, comme la Région Auvergne Rhône-Alpes qui a fait du renouvellement des générations et de l’installation l’une des priorités de la mandature, la mairie de Belleville, de Chiroubles, comme en témoigne la présence respectivement de Jérémy Thien (représentant Laurent Wauquiez), Frédéric Pronchery, Frédéric Bésème et le député Alexandre Portier.

Six familles d’investisseurs

Chaque investisseur deviendra collectivement propriétaire de vignes dans le Beaujolais, permettant ainsi de soutenir le développement économique des vignerons. L’ambition de la SCIC est de devenir une structure stable et pérenne, et Vinescence insiste sur l’aspect d’engagement sociale qui signe la souscription à ce projet.

Producteurs, partenaires privés, partenaires publics, salariés de la cave, expert es-qualité, clients et enfin peuvent investir dans la SCIC. Pour chacune des six familles, le risque financier se limite à hauteur de l’investissement apporté.