(photos JM Brouard)
(photos JM Brouard)

L’entité de Moët Hennessy qui produit des vins effervescents dans le monde entier arrive sur le marché français avec une proposition originale qui devrait faire du bruit.

Chandon, ça vous dit quelque chose ? Le lien avec Moët & Chandon est historique puisque c’est Robert-Jean de Voguë, le grand homme fort de la Maison au milieu du XIXème siècle qui a eu une idée très avant-gardiste à l’époque. En 1959, il va décider de sortir des frontières historiques de la Champagne pour aller investir dans un vignoble en Argentine. Bien évidemment, il sera question de vins effervescents. De cette intuition première naîtront ensuite dans le demi-siècle suivant pas moins de 5 autres entités dans des zones de production très variées : Brésil, Etats-Unis, Australie et plus récemment Chine et Inde. Un maillage régional exceptionnel qui permet à cette marque, devenue une entité indépendante au sein de Moët Hennessy, d’être au plus près des bassins de consommation. Dans chacun de ces pays, des équipes locales produisent des cuvées en respectant les typicités des régions d’implantation. L’amour des Argentins pour l’amertume va ainsi conduire l’œnologue maison à initier un projet de cocktail prêt à boire. Le spritz est à la mode ? Ce sera donc un spritz, mais pas n’importe lequel. Habituellement, le cocktail se construit à partir de l’apérol auquel on ajoute du vin effervescent. Ce dernier n’est alors qu’un élément secondaire auquel on ne prête que peu d’attention. Pas cette fois-ci. « Nous avons souhaité mettre en avant notre vin effervescent argentin en l’accompagnant avec une liqueur très spécifique » tient à préciser Sibylle Scherer, Présidente de Chandon, qui rappelle également que « l’innovation fait partie de l’identité de Chandon ». La dégustation de ce Garden Spritz est effectivement surprenante par l’équilibre que l’on va retrouver entre la liqueur et le vin. Ce dernier est un assemblage harmonieux de chardonnay, pinot noir et sémillon.

Plusieurs années de développement

3 ans de travail auront été nécessaires pour créer cette nouvelle liqueur. Les équipes sont parties d’oranges valencia récoltées sur une ferme du nord du pays qui travaille sans pesticide et de manière durable. Les fruits sont pelés, l’écorce séchée au four pour être utilisée, tout comme une partie des oranges fraîches. Le reste du fruit n’est évidemment pas jeté. La pulpe est transformée en jus qui est ensuite distribué localement. Puis, pas moins de 46 tentatives différentes auront été nécessaires pour mettre au point la recette idéale. Si sa composition demeure secrète, au moins dans ses proportions, elle comporte de nombreux ingrédients qui en font toute la typicité : de la cardamome, du poivre, de la camomille, de la badiane, de la cannelle… Pas trop sucrée, très aromatique, elle apporte une véritable élégance au cocktail final qui est pré-assemblé et mis en bouteille. Différents contenants ont été imaginés, de la petite bouteille pour les bars jusqu’au magnum pour un moment de belle convivialité avec des amis. Car c’est tout l’intérêt de ce type de produits : pouvoir vivre une expérience de même niveau que dans un bar à cocktails mais chez soi. Le rapport prix/plaisir apparaît au global très satisfaisant (bouteille à 19,90€). Une manière originale de découvrir l’univers des vins effervescents Chandon qui ne seront pas distribués en France. « Il nous est apparu que le marché était déjà bien fourni et ne nécessitait pas de nouvelle référence » explique Sibylle. « En revanche, nous proposons un produit très qualitatif qui a d’ores et déjà rencontré un bel enthousiasme au moment de son lancement chez les cavistes, dans les bars et restaurants ainsi que sur notre site internet. Nous espérons qu’il rentrera durablement dans les habitudes de consommation apéritives ». L’avenir le dira mais tout a effectivement été mis en œuvre pour que ce Garden spritz s’installe dans le paysage, notamment au niveau de la présentation de la bouteille qui présente un habillage très élégant qui en fait également une belle idée de cadeau.