Quelques mois après le tremblement de terre médiatique de la sortie sur le “bio” de Basile Tesseron, les équipes du Château Lafon-Rochet accueillent dans ses chais – du 29 mai au 31 août – une exposition du photographe Mathieu Garçon visant à la survie des gorilles et autres primates au Cameroun. C’est le calme de la nature après la tempête du net.

“Ce fut violent”, reconnaît et résume Basile Tesseron qui préside aux destinées du Grand Cru Classé 1855 jaune de Saint-Estèphe. Il faut dire que sa sortie hasardeuse dans les colonnes de la RVF au mois de novembre dernier a connu un retentissement important et volontiers décuplé par les réseaux sociaux. Remettant en cause le « bio » et expliquant tout à trac qu’il ne veut plus courir le monde à cause du bilan carbone, Basile Tesseron a été moqué, sulfaté, dénoncé – ses vins passés au crible – et, à son corps défendant, il est devenu le porte-drapeau des partisans de la viticulture conventionnelle, ascendants chimistes.

Ce fut la double peine dans un monde du vin qui apparaît de plus en plus bipolaire. “En fait, avec mon épouse, nous cherchons simplement une troisième voie, la plus écologique possible, tâtonne-t-il. Et sans s’emprisonner dans un schéma de pensée… Pour cela, il faut que je sois le plus souvent sur le domaine auprès de mon équipe, d’ailleurs j’aime rappeler que ma plus belle arme n’est pas mon terroir, mais mon équipe”. De fait, les amateurs de Saint-Estèphe ont désormais davantage de chance de croiser Basile Tesseron dans les allées de Lafon-Rochet que dans les Duty Free, d’autant que le réceptif est un axe de développement important. 1200 visiteurs ont passé le portail en 2016, ils ont été 5000 en 2018 à tourner dans la récente boutique. La saison estivale qui débute est donc pleine de promesses avec l’exposition des photographies de Mathieu Garçon dans les chais. « Nous nous sommes rencontrés en 2009 au restaurant médocain Le Lion d’Or, il a réalisé par la suite les prises de vue à Lafon-Rochet, c’est un photographe indépendant, touche-à-tout, de la guerre à la gastronomie », explique Basile Tesseron.

Les photographies exposées cet été dans ce coin solaire de Saint-Estèphe relatent l’action menée au Cameroun par l’association ERuDEF pour le combat de la survie des gorilles Cross River et autres primates. De quoi voyager dans les chais versus ambiance de la brousse, parler de choses et d’autres, et se convaincre que le vin descend d’un songe, bio ou presque.

Du 29 mai au 31 août
Château Lafon-Rochet, Blanquet Ouest 33180 Saint-Estèphe