C’est une jeune caviste à son compte, elle qui a ouvert son enseigne « Pépites de Vin » à Bischwiller (67) en 2018, mais une caviste d’expérience puisqu’elle a avant ça travaillé  22 ans au service d’autres caves régionales. Pourtant, c’est sa toute première participation au Concours du meilleur caviste de France dont la première étape de pré-sélection se déroulera le lundi 22 juin en ligne. Rencontre avec Anne Lienhart.

Anne Lienhart, pourquoi avoir décidé de concourir pour la première fois ?
Parce que j’ai envie de me tester et de voir où j’en suis dans mes connaissances. Pour la première étape de pré-sélection, j’y vais sans réviser, je veux voir ce que j’ai encore dans le ventre.

Comment abordez-vous cette première épreuve du 22 juin ? Du stress ? De l’excitation ? De l’envie ?
Tout ça à la fois ! Du stress forcément, parce que c’est ma nature et que c’est un challenge. De l’envie aussi, parce que j’ai envie de savoir répondre à toutes les questions. Et de l’excitation, parce que je trouve que c’est plutôt fun. Évidemment, ce serait génial si je passais ce premier tour, pour entrer dans le vif du sujet.

Si vous passez ce tour, élaborerez-vous ensuite un véritable programme de révision ?
Clairement, je me mets au boulot. J’appelle le dernier vainqueur Cyril Coniglio, et je lui dis “aide moi !” Ah non, ça ne marche pas, car sa femme Laëtitia se présente au concours cette année ! (rires) Pour me préparer aux qualifications (le lundi 14 septembre à Canard-Duchêne en Champagne, ndlr), je déguste plus sérieusement, et je repotasse mes bouquins, il ne faut pas gâcher cette chance.

Imaginons que vous remportiez le titre. Qu’est-ce que ça représenterait pour vous de devenir la meilleure caviste de France 2020 ?
Clairement une consécration, une légitimité. Avant de penser au côté mise en avant et à l’argument commercial par rapport à ma boutique, je serais surtout fière de moi. Tout simplement. Et d’être une femme caviste ambassadrice de la profession.

Être une femme caviste dans ce concours justement, est-ce un défi supplémentaire ?
Je ne crois pas, car je pense que le jury est impartial et professionnel. Mais ça permettrait, sans faire de féminisme à outrance et jouer les Femen, de mettre les femmes à l’honneur. Caviste est un métier du vin masculin, comme les métiers de la vigne ou de la sommellerie d’ailleurs. Qu’une femme puisse montrer qu’elle est aussi capable que les hommes, ça aurait un côté girl-power sympa, pour dire “nous, les filles, on y arrive aussi” ! Ce serait super qu’une femme gagne cette édition 2020 !

meilleurcavistedefrance.fr

Ils sont partenaires du Concours du Meilleur Caviste de France :