Eloi Dürrbach du Domaine de Trévallon, est décédé ce matin à l’âge de 71 ans. L’histoire de ce domaine est unique et liée à l’itinéraire de ce grand vigneron, puisqu’il l’a totalement créé, en plantant ses premiers hectares de vignes en 1973. Eloi donne naissance à son premier millésime en 1976. C’est le début d’une superbe histoire puisqu’il figure aujourd’hui parmi les plus prestigieux domaines de Provence.

Eloi Dürrbach avait consacré un entretien « sur le divin » à Terre de Vins en 2015. Voici quelques extraits de cette interview… (propos recueillis par Sylvie Tonnaire)

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi cette volonté de faire du vin. Dans les années 1970, ce n’était pas vraiment la mode, surtout quand on n’était pas de la partie.
Oui, c’est vrai. Étudiant en architecture à Paris, je vendais des tableaux pour faire un peu d’argent. Quand je sortais, je buvais du haut-brion à 10 francs. J’aimais ça ! Mon père, René Dürrbach, bien qu’artiste peintre, aimait beaucoup l’agriculture.
Il s’occupait régulièrement d’une ferme qui appartenait à Giono. Avec ma mère, qui avait vendu une de ses œuvres à Rockefeller, ils ont acheté la propriété voisine, le mas Chabert, en 1950. Puis Trévallon en 1955, et mon père disait qu’on pouvait y faire du vin. Je venais ici à Pâques et à Noël pour les vacances. Je voulais monter mon vignoble, le reste je m’en foutais.

Les débuts ont-ils été faciles ? Quel a été l’accueil des gens du pays ?
Le cabernet a créé la polémique. Ici, les gens me regardaient d’un très mauvais œil, mais j’étais décomplexé, chacun sa voie. Je me souviens de ma grand-mère qui allait à la messe tous les jours et parlait de sexe très librement. « Un mari peut tromper sa femme, disait-elle, mais doit rester un bon amant et un bon père. » J’ai été renvoyé de chez les jésuites. Je suis anarchiste, pendant longtemps j’ai fait croire à ma femme que j’allais voter. Les vins des voisins étaient à 8 francs, je me suis mis à 18. Pendant vingt ans on m’a dit : à ce prix-là, j’achète du bordeaux. Le Crédit agricole n’a pas voulu m’aider. Le président de l’époque était président d’une coopérative, les caves particulières étaient mal vues.

As-tu eu des modèles ?
Je suis allé voir ceux qui faisaient les vins que j’aimais. De toute façon, on n’en finit jamais d’apprendre. Chave, l’extraordinaire Lalou Bize-Leroy au savoir encyclopédique, François Perrin, Jean-François Coche-Dury… et Jacques Reynaud ! Il avait été élevé à la dure. Pour lui, tout allait mal depuis la Révolution ! La cave était archaïque, ça sentait l’humus, c’était le bon Dieu qui faisait le vin, il y avait un mystère ici, comme pour les plus grands vins du monde. Il aimait les vins de Gérard Chave et de Marcel Lapierre.

Comment le succès est-il venu ?
L’Oustau de Baumanière, sur l’autre versant du massif, m’a fait gagner des années. La famille Charrial faisait goûter mes vins. Il y a de la so- lidarité dans le monde vigneron. Aubert de Villaine y a goûté le 1978, il m’a envoyé Kermit Lynch qui importait déjà Chave et Coche- Dury aux États-Unis. Il m’a sermonné : « Vous vendez trois fois plus cher que les autres », mais il a pris 20 caisses. Puis 100 caisses l’année suivante, puis 800 ! C’est l’étranger qui m’a fait connaître. Et des vi- gnerons qui m’ont soutenu : Aimé Guibert, au Mas de Daumas Gas- sac, ou Alain Brumont, du Château Montus.

Chacune de tes bouteilles est illustrée d’un dessin de ton père. C’est un hommage à l’homme et à l’art ?
Gamin, j’allais en week-end chez Picasso. J’adore Robert Delaunay, c’est la joie de vivre par la couleur. J’expose des artistes dans la cave, comme l’été dernier une série de bustes de sel de Formica. Oui, j’aime l’art. Mais nos étiquettes ont été dessinées par mon père. Il avait senti qu’il y avait quelque chose ici. Un jour, en 1998, je lui ai amené 50 affiches et des crayons de couleur. Il était à la fin de sa vie et déjà très fatigué, mais il a tout colorié, et chaque année, je choisis un dessin en fonction du millésime. Il avait l’idée de l’art au quotidien, que chaque objet est unique, en art, et échappe au monde de l’argent…

Que boira-t-on le jour de tes obsèques ?
Le plus tard possible, un trévallon 2007, si c’est dans vingt ans !

Toute la rédaction de Terre de Vins se joint à la famille d’Eloi Dürrbach dans ce moment douloureux, nos plus chaleureuses pensées vont vers eux dans cette épreuve.