(photographie : Baudouin)
(photographie : Baudouin)

Dans le Médoc, les anciens n’avaient pas choisi les terres au hasard pour implanter leur vignoble. C’est au bord de l’estuaire et sur des croupes graveleuses dominant le fleuve, propices à l’épanouissement de la plante, que les plus belles propriétés ont été positionnées. La proximité de l’estuaire préserve les vignes du gel. Et l’Océan qui n’est pas loin ajoute encore à cette douceur du climat local. Poussez les portes de sept châteaux bordant l’estuaire et racontant tous des histoires différentes à travers les décennies…

Retrouvez l’intégralité de cette Escapade dans le Terre de vins hors-série Crus Bourgeois, disponible sur notre kiosque digital.

Épisode 1 : Château du Raux

À l’ombre des palus
Pour trouver le château du Raux, 20 hectares de vigne d’un seul tenant, moitié merlot, moitié cabernet-sauvignon, il faut rejoindre le village de Cussac-Fort-Médoc. C’est une propriété familiale transmise de génération en génération depuis 1879. En 2007, Patrick Bernard, 47 ans, père de deux enfants, a pris les commandes du château. Titulaire d’un BTS viticulture-œnologie, le quadragénaire explique avoir toujours baigné dans la vigne. « C’était pour moi une évidence de prendre la suite. La propriété demande beaucoup, on a de fortes contraintes. On ne fait pas ce métier sans avoir la passion de la viticulture. » Pour être à la hauteur du classement Cru Bourgeois et de la demande de ses clients, Patrick Bernard explique avoir un contrôle « de A à Z à toutes les étapes de la fabrication de son vin. Il n’y a que des opérations comme la mise en bouteilles que j’externalise, mais avec un cahier des charges très strict. Je suis garant de la qualité. C’est la base de notre métier ! » La propriété, située à 800 mètres de l’estuaire, est séparée du fleuve par les palus. Le viticulteur bénéficie d’un terroir de graves avec un sous-sol d’argile. En année sèche, les vignes ne souffrent pas. En profondeur, il y a la réserve hydrique nécessaire. « Ici, on vit au rythme de l’estuaire et des marées. On voit l’eau monter dans les fossés. Cet air doux, qui est amené par le fleuve, est vital. Lors du fort coup de gel de 2007, je n’ai pas été touché. » En appellation Haut-Médoc, les 100 000 bouteilles produites donnent le château du Raux. À la propriété, Patrick Bernard est toujours disponible pour ses clients. Il prend plaisir à faire découvrir les vins d’une propriété qui s’attache à défendre une viticulture raisonnée et respectueuse de l’environnement.
Millésime 2018 : environ 9 €.

Château du Raux – 33460 Cussac-Fort-Médoc
05 56 58 91 07 – Site internet