Accueil Actualités Haley Bennett incarnera la Veuve Clicquot au cinéma !

Haley Bennett incarnera la Veuve Clicquot au cinéma !

Auteur

Yves
Tesson

Date

02.12.2022

Partager

On pourrait presque s’étonner que l’histoire de la Veuve Clicquot n’ait pas inspiré le cinéma plus tôt. Le réalisateur Thomas Napper entame dans l’ancien collège des Jésuites à Reims, le tournage d’un film consacré à cette légendaire femme entrepreneur, avec dans le rôle principal l’actrice Haley Bennett.

Ce n’est pas la première fois que le monde du cinéma s’intéresse aux parcours flamboyants des premiers grands négociants de champagne. Charles Heidsieck avait déjà fait l’objet d’un ambitieux biopic avec en tête d’affiche Hugh Grant. Aujourd’hui, c’est sur le cas de la Veuve Clicquot que se penche le réalisateur Thomas Napper. Il a confié le rôle à l’actrice et chanteuse américaine Haley Bennett, qui a connu son premier succès dans la comédie romantique « Le Come-Back » où elle donne la réplique, clin d’œil du destin, justement à Hugh Grant.

Si on en croit « Le Parisien », le film sera une adaptation de la biographie rédigée par Tilar J. Mazzeo « The Widow Clicquot : the story of a Champagne Empire and the Woman Who Ruled It ». Il est vrai que l’itinéraire de cette femme (1777-1866) qui à 28 ans à peine, à la mort de son époux et contre les conseils de sa famille, décide de reprendre les rênes de la maison de champagne créée en 1772 par son beau-père Philippe Clicquot, a de quoi inspirer. Alors que les conditions des guerres napoléoniennes ne sont guère favorables au commerce international, elle parvient à maintenir à flots l’entreprise avant de s’imposer avec habileté sur le marché russe à la chute de l’empereur en 1814 en étant la première à envoyer un navire à Saint-Petersbourg. Elle construit aussi la réputation de ses vins sur des innovations techniques. Son chef de caves, Antoine de Müller, est le premier à avoir l’idée de rendre les trous des tables de remuage obliques afin de pouvoir varier l’inclinaison des bouteilles. Ses vins deviennent ainsi les plus limpides du marché.

Le tournage du film se déroulera dans les locaux de l’ancien collège des jésuites à Reims aujourd’hui occupé par le campus de l’école Science-Po. Sa directrice, Crystal Cordell, nous confie : « J’ai vraiment trouvé un intérêt dans ce projet. L’histoire de la Veuve Clicquot, c’est l’histoire d’une mère et d’une entrepreneuse qui doit innover, composer avec un contexte géopolitique complexe, et surmonter les préjugés de l’époque qui ne sont pas révolus vis-à-vis des femmes d’affaires. J’ai une amie viticultrice qui a repris la ferme familiale il y a quinze ans. Tout le village était contre elle parce que c’était une femme ! Ce n’est pas de l’histoire ancienne, ce sont encore des enjeux actuels. Pour nous, c’est aussi une occasion de partager notre patrimoine. Le tournage aura en effet lieu dans l’ancien réfectoire, une salle très modulable et classée aux monuments historiques où les installations ont déjà commencé. La bibliothèque qui date du XVIIe siècle sera peut-être également utilisée. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des cinéastes effectuent des tournages chez nous. Récemment, le film « Champagne » de Nicolas Vanier a eu recours au lieu, de même qu’il y a plus longtemps, le tournage de la Reine Margot. Quant au monde du champagne, nous avons évidemment de nombreuses connexions avec lui. Nos étudiants participent au défi de Bacchus, nous travaillons avec le Printemps des champagnes et nous avons la plus ancienne vigne de France voire du monde, un pied qui a plus de 400 ans ! »