(photo JC Chapuzet)
(photo JC Chapuzet)

Entre les Pichon (Baron et Comtesse), le Château Latour ou encore Lynch Bages, le Grand Cru Classé 1855 de Claire Villars Lurton affiche sa riche histoire mais aussi son avenir avec un nouveau cuvier, un nouveau chai, une boutique et sa croyance éternelle dans le bio.

« Il a fallu plus de deux ans de travaux pour finir les nouveaux bâtiments, l’idée fut non seulement d’avoir un outil pour mieux travailler mais aussi pour pouvoir recevoir à la propriété », explique Claire Villars Lurton avant d’ajouter: « Avoir une boutique est une évidence, sur le modèle de notre domaine en Californie, Acaibo« .

Acheté par la famille Villars en 1982 – à la famille Cruse -, le Château Haut Bages Libéral écrit une nouvelle page de son histoire avec tout l’enthousiasme de Claire Villars et de son époux Gonzague Lurton. La boutique sera ouverte toute l’année et on y trouvera aussi les autres vins du couple, à savoir Acaibo et les châteaux margalais Durfort-Vivens, La Gurgue et Ferrière. Sur le volet technique, le nouveau chai accueille désormais des cuves en forme d’œufs qui sont des prototypes dessinés avec la société Delta.

Cette quête de précision accompagne la conversion bio et biodynamique des crus de la famille Villars Lurton. « C’est une décision définitive, c’est certain que ça a été compliqué sur le millésime 2018 mais on s’en sort bien à Haut Bages Libéral avec 45 hectolitres par hectare, donc c’est possible mais c’est un travail de tous les jours », confie Claire Villars. Aujourd’hui, Haut Bages Libéral est certifié bio tandis que La Gurgue, Durfort Vivens et Ferrière sont en biodynamie. Dans l’esprit, un jardin communautaire à aussi vu le jour au sein du domaine de Pauillac où les fruits de la permaculture seront pour les salariés de Haut Bages Libéral.

A l’occasion de l’inauguration, un retour en arrière est opéré avec la dégustation de 27 millésimes en magnum du Grand Cru Classé 1855 afin de montrer toute la magie de la terre d’élection du cabernet sauvignon. 1982, 1983, 1989, 1990, 1998 ou 2001 ont notamment tenu leurs promesses. Haut Bages Libéral poursuit sa route avec le même terroir et beaucoup d’audace.