Basée dans les Pyrénées-Orientales, Diam Bouchage, entreprise innovante développant un bouchon de liège « sans goût de bouchon », propose désormais aux vignerons de la région un bouchon issu des forêts de chênes-lièges du Roussillon.

La société Diam Bouchage, c’est une production annuelle de plus d’un milliard de bouchons, soit 5% du marché mondial du bouchage en 2010. Basé à Céret, dans les Pyrénées-Orientales, elle dispose de centres de finition dans le monde entier et s’est imposée comme un important acteur économique du Languedoc-Roussillon et un acteur clé de l’économie régionale. Ce succès est dû à son système de bouchage innovant, garantissant l’absence de goût de bouchon grâce à un procédé breveté de purification du liège, assurant la neutralité sensorielle et le respect des arômes.

Fidèle à son identité pyrénéenne, Diam Bouchage a récemment lancé une nouvelle initiative : proposer aux vignerons des Pyrénées-Orientales d’utiliser un bouchon Diam issu des forêts de chênes-lièges du Roussillon. Une opération qui permet de promouvoir l’économie locale et le rapprochement des producteurs de liège et des vignerons du Roussillon, tout en perpétuant une activité traditionnelle et ancienne. Même si les grandes régions de production sont désormais le Portugal et l’Espagne, les forêts du Roussillon ont leur carte à jouer. Ainsi, en utilisant le liège récolté dans le Vallespir, les Aspres et les Albères, Diam Bouchage contribue à l’entretien des forêts de chênes-lièges de la région. Ce bouchon a déjà été adopté par de nombreux vignerons du Roussillon.

En parallèle de cette initiative, Diam Bouchage a entamé un partenariat avec le Musée du Liège de Maureillas. Une opération de mécénat qui devrait permettre au musée (5000 visiteurs par an) de disposer, cet été, d’un nouvel espace retraçant le lien entre la fabrication du liège et la viticulture, tout en soulignant l’importance des techniques modernes dans les solutions de bouchage.