(crédit: Thierry Fournier Métropole de Lyon)
(crédit: Thierry Fournier Métropole de Lyon)

Les édiles lyonnaises se sont donné rendez-vous ce mardi 26 novembre, pour inaugurer officiellement la Cité Internationale de la Gastronomie, qui a ouvert ses portes au grand public il y a un mois.

Lyon, capitale de la gastronomie depuis Curnonsky en 1934, franchit encore une étape avec l’avènement de la Cité Internationale de la Gastronomie.
Véritable temple dédié à la culture culinaire et gastronomique, nichée dans le cœur d’une ville elle-même nichée au cœur d’une région qui compte plus de 200 produits sous signe de qualité (AOP, IGP etc), la Cité Internationale de la Gastronomie ne se contente pas de mettre en lumière un patrimoine culturel et historique majeur, mais aussi de faire la lumière sur l’avenir de la nutrition et des produits agricoles qui la compose.

Les approches seront diverses : artistiques (via par exemple l’exposition temporaire sur le peintre italien Arcimboldo, célèbre pour ses portraits tout de fruits composés, ou celle qui sera consacrée au Japon), ou plus scientifique.
Quoi de plus logique à l’heure où la société se préoccupe enfin de l’environnement, d’une agriculture durable et de valeurs sociales fortes, mais aussi pour ce lieu chargé d’histoire qu’est l’Hôtel-Dieu.
La dimension architecturale et historique de ce bâtiment nourrit autant la Cité que sa thématique.
Il y a dix ans, le 26 novembre 2009, la décision était prise de reconvertir ce magnifique et imposant hôpital, situé en plein centre de la ville. Fleuron de l’architecture hospitalière de l’époque, qui a vu œuvrer Rabelais, mais aussi Antonin Poncet, et Claude Bernard, et dont le dôme de 32 mètres de haut fut conçu par Soufflot, la majesté du bâtiment intégralement rénové apporte une dimension presque émouvante au parcours scénographique de la cité.

Gérard Collomb, maire de Lyon, remercie l’ensemble des partenaires, artisans et collaborateurs (comme le musée des Confluences pour sa participation à la scénographie de l’exposition permanente), ayant contribué à cette transformation, ainsi que les onze mécènes : le Crédit Agricole Centre-Est, Eiffage, Métro, l’Institut Paul Bocuse, Apicil, Plastic Omnium, Valrhona, Seb, Dentressangle, Elior et Mérieux.
Le président de la Métropole de Lyon, David Kimmelfeld, insiste sur le lien étroit entre l’art et la gastronomie, qui trouvera toute sa mesure en ces lieux, et le Préfet de Région Auvergne Rhône-Alpes Pascal Mailhos salue le renouveau de l’hôtel-Dieu conjugué au rayonnement de la ville, dont l’histoire et la nouvelle vocation continuent de s’articuler autour du service et de l’hospitalité.

La longue histoire culinaire et gastronomique de la ville, incarnée précédemment par les Mères (Brazier, Guy…), et aujourd’hui par un parrain célèbre en la personne de Régis Marcon, chef triplement étoilé et chef du comité d’orientation stratégique de la Cité, se déploie sur plusieurs étages, dont un réservé aux enfants.

La scénographie sobre de l’exposition permanente permet de mettre en valeur le produit comme le propos, qui est donc à découvrir tous les jours de 10h à 19h, et 22h les samedis. Des visites privées et des « expériences dégustation » sont également possibles.

Et pour les plus gourmands, la Vallée de la Gastronomie prolonge les plaisirs, de Dijon à Marseille, en attendant les ouvertures futures des cités de Dijon, Rungis et Tours.
Bon appétit !

Cité Internationale de la Gastronomie
4 Grand Cloître du Grand Hôtel-Dieu, 69002 Lyon
citegastronomielyon.fr
Plein tarif : 12€ / Tarif réduit : 8€ (étudiants, jeunes et enfants -16 ans)