(Photos M. Boudot)
(Photos M. Boudot)

En six vins, trois blancs et trois rouges, la master class “Les Vins de Bourgogne singuliers et inattendus” a tordu le cou à l’idée que les vins de Bourgogne sont forcément chers et inaccessibles.

“Une fois qu’un amateur de vin a compris la Bourgogne, il a compris le vin. Il faut simplement étudier, s’appliquer un peu”, affirmait Paolo Basso meilleur sommelier du monde 2013 en introduction de la master class de Lyon Tasting. Jamais là où on l’attend la Bourgogne ! C’est précisement ce qu’a démontré Dominique Lambry de l’Interprofession des vins de Bourgogne : “On a parfois l’impression que les appellations de Bourgogne forment une sucession de perles précieuses. Ce vignoble ne résume pas à ses noms emblématiques. Ce serait oublier qu’il y a des AOC qui n’ont pas la même notoriété que les autres. Il existe une offre très large d’appellations accessibles en Bourogne.” Des raisons le plus souvent historiques expliquent ce déficit de notoriété de certaines. Des syndicats viticoles ont fait de mauvais choix à des périodes charnières du développement de la consommation de vins fins. Des erreurs qui ont été largement réparées aujourd’hui sur le plan qualitatif, ce qui permet de découvrir ou redécouvrir des cuvées bourguignonnes épatantes pour un budget raisonnable. Démonstration en 6 vins.

Bourgogne Côte d’Auxerre – Domaine Saint-Pancrace “La Côte d’Or” 2015
Xavier Julien, jeune vigneron, s’est installé sur ce domaine d’un peu plus de 5 hectares. Un vin qui se présente avec beaucoup de pureté sur des notes d’agrumes, de fruits exotiques. La bouche est fine, élègante, d’une texture délicate. Un excellent vin désaltérant, parfait à l’apéritif.
8 €

Pouilly-Vinzelles – Cave des Grands Crus blancs 2016
Une cave coopérative regroupant 90 viticulteurs dans cette partie du sud de la Bourgogne. L’appellation est une toute proche voisine de Pouilly-Fuissé. Le nez s’ouvre sur des notes de poivre blanc, de vanille avec une touche beurrée. Une matière d’une bonne structure se développe en bouche et la finale s’étire sur des notes d’agrumes et d’épices. Avec un poisson cru en carpaccio ou en sauce au beurre blanc.
8,50 €

Montagny – Domaine Faiveley 2015
L’appellation la plus sudiste de la Côte chalonnaise est ici à l’honneur, interpretée par ce beau domaine basé à Nuits-Saint-Georges. Le nez exprime une palette aromatique très intense sur la cannelle, plus généralement les épices douces, la brioche, l’amande, etc. La bouche parfaitement équilibrée séduit par sa belle longueur. Avec des viandes blanches, un fromage de brebis par exemple.
10,10 €

Bourgogne-Epineuil -Domaine Gruhier 2016
Le premier rouge de la série nous ramène au nord de la Bourgogne avec un des domaines de référence de l’appellation. Il s’ouvre avec spontanéité sur les fruits noirs, la cerise plus particulièrement, et les épices. En bouche, la texture est bien concentrée sur des tannins présents mais élègants. Avec un émincé de veau.

Savigny-lès-Beaune – Maison Louis Latour – 2015
Même une appellation voisine de Beaune peut réserver quelques surprises en matière de qualité-prix ! Ici le solaire millésime 2015 livre un vin aux notes de poivre vert, d’herbes aromatiques. Riche et structurée la bouche est construite sur de solides tannins qui incitent à une garde de 2 ou 3 ans. Avec un rôti de porc.

Marsannay La Montagne – Domaine Huguenot 2016
Un domaine familial mené en bio par Philippe Huguenot. L’appellation tout au nord de la Côte de Nuits a tardivement obtenu une AOC village en raison de sa proximité avec Dijon. Aujourd’hui elle abrite un groupe de vignerons de grand talent. Cette cuvée à la fois gourmande, complexe mais aussi d’une belle fraicheur saline illustre parfaitement le grand potentiel de ce village. Des notes aromatiques de myrtille et de violette se développent. Avec une poularde.
25 €