(photo F. Hermine)
(photo F. Hermine)

Chaque jour jusqu’à la fin du mois d’août, retrouvez un itinéraire dans le vignoble français : de bonnes adresses sélectionnées par l’équipe de « Terre de Vins » à l’occasion du hors-série Œnotourisme paru en juin 2021. 36ème étape : dans le Jura.

Dans le cellier des chartreux
La famille Pignier est installée depuis sept générations dans ces caves gothiques voûtées, construites par les moines chartreux au XIIIe siècle. Le seul domaine de Montaigu, joli village fortifié surplombant Lons-le-Saunier, travaille ses vignes en biodynamie depuis une vingtaine d’années (certifié depuis 2008). Au caveau, ouvert les après-midi et le samedi, Jean-Étienne ou sa sœur Marie-Florence prennent le temps d’ouvrir quelques bouteilles, d’expliquer la biodynamie, la typicité des cépages jurassiens comme le trousseau en rouge et le savagnin en blanc, spécialités de la maison. C’est la première génération à travailler des vins ouillés comme le Sauvageon 2017, un savagnin élevé en œuf béton (30 €).
Domaine Pignier – 39570 Montaigu – 03 84 24 24 30 – www.domaine-pignier.com

Balade dans le temps
L’impressionnante forteresse de la famille Laguiche, le plus ancien « château-vignoble » de France, a conservé son mobilier d’époque. Derrière tableaux, tentures et tapisseries, on fait la connaissance des différents personnages souvent hauts en couleur de la vieille aristocratie française, les princes d’Orange, la maison d’Orange-Nassau, la duchesse de Lauragais, le duc d’Arenberg… En contrebas du bâtiment classé Monument historique, le Jardin botanique et le caveau où l’on peut déguster la gamme de toutes les couleurs, rouge, blanc, jaune, paille, corail… des cuvées rares et même de vieux millésimes.
Château d’Arlay – 39140 Arlay – 03 84 85 04 22 – www.chateau-arlay.com

Hôtel particulier avec potager
Ludwig et Nathalie ont réaménagé l’hôtel Guerrillot, belle demeure du XVIIIe avec parquets et mobilier Louis XVI. Deux suites pour deux personnes (120 € la nuit) avec petit déjeuner à l’étage accompagné de charcuteries et fromages locaux, de pâtisseries et confitures maison. Derrière la maison, l’ancienne place du village qui abritera bientôt un bistrot éphémère et, en surplomb de la rivière la Glantine, un potager et un poulailler nichés sous l’ancienne muraille de la ville. Dans la grande cuisine commune avec cheminée, une immense table en bois. L’ancien architecte est devenu vigneron et fait volontiers goûter, dans les anciens chais du vieux bourg, les vins de Lulu vigneron, tendance nature.
Les Jardins sur Glantine – 39800 Poligny – 03 63 86 50 78 – www.lesjardinssurglantine.com

Jeune talent
Benjamin, quatrième génération de Benoit à la vigne, a repris depuis peu le domaine. Le vignoble très morcelé bénéficie de différents terroirs, notamment celui de la Côte de Feule, l’un des plus intéressants de Pupillin. Ces blancs, savagnins et chardonnays, sont particulièrement élégants. Le jeune vigneron travaille dans des vignes sans désherbant (sauf sous le rang), vendange et égrappe tout à la main, vinifie avec très peu de soufre ajouté. Un vigneron prometteur qui aime prendre le temps de recevoir ses visiteurs (sur rendez-vous).
Cellier Saint-Benoit – 39600 Pupillin – 03 84 66 06 07 – www.celliersaintbenoit.com

Salles de dégustations multiplex
La boutique sur la place historique d’Arbois était dans son jus depuis des décennies avant d’être entièrement rénovée en 2016, quand la maison Henri Maire a été rachetée par le groupe Boisset. Jean-Luc Kizel anime les lieux dans des salles de dégustation lumineuses où l’on peut découvrir trois vins de la gamme (gratuit), faire une dégustation de quatre vins jaunes et château-chalon (8 €) ou cinq millésimes accompagnés de trois comtés (12 €). Une salle de dégustation dédiée aux crémants est prévue pour le printemps. La boutique abrite même une salle de cinéma privée.
Boutique Henri Maire – 39600 Arbois – 03 84 66 15 27 – www.domaineshenrimaire.fr

CARNET PRATIQUE

Où séjourner

Cœur de nature
Au bout d’une petite route bucolique, un gîte de deux grandes chambres (l’une d’inspiration indienne, l’autre sylvestre), avec terrasse couverte, sauna et vue sur la campagne et la forêt (140 € la nuit, 750 € la semaine). Dans le jardin envahi de poules et de lapins en liberté, barbecue, balançoire, salon d’été… et, depuis cette année, un tonneau cocoon écolo pour deux avec douche solaire et toilettes sèches (80 € la nuit avec panier-dîner ou petit déjeuner). Soirée table d’hôtes « saveurs comtoises » à la demande et avec Corinne et Yves comme hôtes, c’est un vrai régal.
39800 Aumont – 06 22 95 70 86

Hôtel des Cépages
Pas très sexy de l’extérieur, mais un Logis de France pratique à l’entrée de la ville. L’intérieur a été entièrement refait, lumineux et moderne, avec une déco à thème viticole. Bientôt une annexe et un nouveau restaurant attenant.
39600 Arbois – 03 84 66 25 25 – www.hotel-des-cepages.com

Où manger

Le Grapiot
La cuisine inventive de Samuel Richard, à base de produits locaux dans des assiettes colorées, un décor moderne et lumineux avec vue panoramique et une belle carte des vins d’environ 500 références, à commencer par ceux du Jura et en particulier de Pupillin (au verre à partir de 3,20 €). Menu du jour trois plats à partir de 24 €, menu découverte cinq plats avec cinq vins sélectionnés à 75 €.
39600 Pupillin – 03 84 37 49 44 – www.legrapiot.com

Auberge de la Poutre
L’établissement du chef François Moureaux, Jurassien pur jus (il est né là) près du joli lac pittoresque de Bonlieu et à quelques kilomètres des célèbres cascades du Hérisson. Une cuisine à base de produits frais et locaux, notamment l’omble chevalier au sel, la royale de Morteau, le ragoût de queues d’écrevisse aux morilles… De mai à octobre. Menu à partir de 34 €. Chambre à partir de 55 €.
39130 Bonlieu – 03 84 25 57 77 – www.aubergedelapoutre.com

Où déguster

Maison du vigneron
Pour déguster une très large gamme de vins du Jura, crémants compris (c’est le premier producteur de bulles du Jura avec notamment le crémant Marcel Cabelier). Également une boutique dans le centre-ville de Lons-le-Saunier.
Crancot 39570 – Hauteroche – 03 84 87 61 30

La Percée du vin jaune
Cet événement incontournable du vignoble, annulé en 2021, a été reporté au premier week-end de février 2022, à Cramans. L’occasion de goûter les mythiques vins jaunes mais également des blancs floraux et tradition ou les rouges à base de poulsard et trousseau. Ateliers dégustation ou accords mets-vins, ventes aux enchères, mise en perce des tonneaux du dernier millésime après plus de six ans sous voile. Pass entrée à 20 € par jour, 35 € pour le week-end.
39600 Cramans – www.percee-du-vin-jaune.com