La propriété médocaine vient d’ouvrir son restaurant, « la Table d’Agassac », au cœur du château. Autour du vin, le chef décline une cuisine du marché à prix abordables. Prenez verre, fourchette et couteau, et laissez-vous surprendre !

Le vin, fil rouge. Et pour l’accompagner, une cuisine du marché à prix raisonnable. Tel est le credo de « la Table d’Agassac », restaurant ouvert depuis le 8 juin au cœur du château d’Agassac (Ludon-Médoc), à quelques encablures de Bordeaux. L’idée d’un restaurant trottait de longue date dans la tête de Jean-Luc Zell, le directeur de la propriété. Mais il attendait le bon moment. Et la rencontre providentielle. Ce fut celle avec le sommelier napolitain Giovanni Curcio. Lui qui a déjà officié dans plusieurs étoilés français est désormais le gérant de la « Table d’Agassac ». Il accueille le client avec son accent italien chantant et sa bonne humeur. Et avec l’envie de faire découvrir des accords mets-vins travaillés en finesse avec l’équipe de chefs italiens qui l’ont suivi dans cette aventure.

A « la Table d’Agassac », on aime le vin, bien sûr. Et les surprises aussi. Sur chaque mets, « je m’amuse beaucoup à proposer des vins à l’aveugle » explique Giovanni Curcio, en souriant. Charge aux convives ensuite de tenter de deviner le vin dont il s’agit. Pas évident. Surtout au vu du large choix à la carte. A côté des six vins de la propriété, est proposée une large gamme de vins français et étrangers. Et ce, dans une fourchette de prix accessibles, dès 5 € le verre et 30 € la bouteille.

Le verre et l’assiette

Dans le verre, la belle surprise est aussi dans l’assiette. Pas de routine qui tienne. Aucun menu préétabli, la carte change au gré des produits dénichés le matin-même sur les étals du marché. Les mets sont travaillés avec des associations parfois surprenantes, mais toujours dans le respect de la saveur du produit. Et avec une association mets-vins savamment élaborée. Jugez-en vous même avec cet exemple. En entrée, risotto crème de citron confit et petits pois, anchois de Collioure, accompagné d’un Meursault. Suivi d’un blanc de poulet sur une polenta parfumée à la sauge, avec un château d’Agassac 1998. Et pour finir, un parfait au Sauternes, noix et pistaches caramélisées et abricot confit accompagné d’un Sauternes. Et, là encore, bonheur des papilles sans coup de massue sur le budget : les formules varient de 14 à 59 €.

Un pas de plus dans l’oenotourisme

Visites guidées, dégustations, jeu de piste interactif, séminaires, mariages, réceptions… La propriété, très dynamique en matière d’oenotourisme, accueille déjà 10 000 visiteurs par an. Avec ce restaurant, le château d’Agassac ajoute une corde supplémentaire à son arc. Avec l’idée de tisser des « liens complémentaires entre la partie viticole, l’oenotourisme et le restaurant » affirme Jean-Luc Zell. Comment ? Notamment en proposant les vins de la propriété à la carte. Mais aussi en accueillant le grand public dans le restaurant ou en organisant par exemple des repas d’affaires. D’une capacité d’environ 110 couverts, le restaurant dispose d’une salle intérieur et d’une terrasse avec vue sur les douves et le parc de la propriété.

Alors, finalement, vous n’avez pas un tout petit peu faim ?

Laura Bernaulte

« La Table d’Agassac », rue du Château, 33290 Ludon-Médoc 05 57 88 89 50
www.agassac.com

tabledagassac2