Patricia Picard a été à l’origine de la création du Fascinant Week-end qui se déroule du 14 au 17 octobre. Déléguée générale du comité des vins de la Chambre régionale d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes, elle est désormais aux côtés du nouveau président Michel Chapoutier pour faire évoluer la formule tout en étant depuis quelques mois conseillère régionale en charge de la viticulture. Nous l’avons interrogée sur l’évolution du Fascinant Week-end…

Fascinant Week-end est né en 2014 en région Rhône-Alpes. D’où vient l’idée à l’origine?

En région, nous avions six vignobles labellisés Vignobles & Découvertes qui se sentaient un peu seuls car il n’y avait pas encore d’instance nationale. Il fallait trouver une coordination au moins régionale pour stimuler tout le monde avec un événement. L’idée a bien pris et aujourd’hui, nous comptons 11 labellisés dans la région. Il est également apparu la nécessité d’un maillage territorial pour rapprocher les instances touristiques et Fascinant Week-end a ainsi servi à développer Vignobles & Découvertes. Le Ministère avait posé le label mais il n’était pas aller au-delà. Il y a encore beaucoup à faire pour aller plus loin et on peut compter sur Michel Chapoutier pour agir dans ce sens.

Que signifie « aller plus loin » ?

Définir la promesse pour le visiteur et continuer à travailler pour faire connaitre notre engagement auprès du grand public. C’est-à-dire promouvoir le métier du vigneron et favoriser l’échange qui est le maître-mot. Le vigneron doit parler de son travail mais aussi de son territoire, des paysages, faire découvrir ses vins sous un autre angle, notamment pour trouver de nouveaux consommateurs qui ne sont pas forcément attirer par le vin au départ mais que l’on peut faire venir dans un domaine avec une activité, un gyropode… De plus, le vigneron n’est pas hors sol, il a des copains dans les fruits et légumes, la restauration, l’hébergement et il peut partager ses adresses pour inciter le visiteur à rester dans la région. Nous encourageons les opérateurs à passer du temps avec les visiteurs, expliquer ce qu’ils sont, ce qu’ils font est, et soigner l’accueil. On doit être sûr lorsque l’on pousse la porte d’un labellisé que l’on va être bien accueilli.

Y-a-t-il des moyens d’incitation ou même de contrôle pour s’en assurer ?

Les vignerons sont saturés de certifications donc on joue plus sur le client mystère pour donner des recommandations, même si en Bourgogne et en Vallée du Rhône, les interprofessions avec les CCI font appel à un organisme extérieur dans le cadre d’une charte d’accueil. C’est aussi aux visiteurs de dire s’ils estiment la proposition conforme à leurs attentes, si l’expérience présentée remarquable l’est vraiment… Nous allons de plus en plus leur demander de poster leur ressenti sur les réseaux sociaux et même sur Tripadvisor qui reste le vecteur principal de communication surtout pour les étrangers.

Le Fascinant Week-end ne devait-il pas passer entièrement national pour cette édition?

J’avais fait une tournée pour présenter le concept à d’autres instances régionales afin d’élargir l’idée mais aussi d’inciter à accompagner le Fascinant Week-end avec des financements. L’Alsace et la Champagne ont adopté le système via les Vignerons Indépendants; l’Occitanie a rejoint Auvergne-Rhône-Alpes depuis l’an dernier avec un site commun. Les bons retours nous ont incités à le présenter aux autres régions et cette année, Bordeaux et la Provence nous ont rejoints. La Bourgogne et la Loire ont estimé qu’elles ne seraient pas prêtes avant 2022. Il faut reconnaitre que beaucoup d’opérateurs étaient frileux après les arrêtés préfectoraux de 2020 qui avaient interdit certaines manifestations quelques jours avant le Fascinant Week-end. Nous avons donc incité cette année à organiser des manifestations plutôt en petit comité surtout dans les caveaux.

https://www.fascinant-weekend.fr/