(photo Alain Reynaud)
(photo Alain Reynaud)

Les rouges et rosés du Pic Saint-Loup (Hérault) viennent d’obtenir une Appellation d’origine contrôlée (AOC) de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO), se félicitent les vignerons éprouvés par la grêle en août.

« Il s’agit d’une belle récompense du travail accompli par tous les Hommes de l’appellation qui se sont impliqués depuis des générations dans une démarche qualitative », estime Régis Valentin, président du syndicat des vignerons du Pic Saint Loup à propos de la décision favorable du comité national de l’INAO le 7 septembre qui doit être publiée prochainement au Journal officiel.

« C’est également une reconnaissance méritée pour cette appellation historique qui existe depuis 60 ans et un beau symbole pour les vignerons dont les vignobles viennent d’être durement touchés par la grêle », ajoute le président de ce syndicat basé à Valflaunès (25 km au nord de Montpellier).

Le 17 août dernier, un violent épisode de grêle avait touché plus de 2.200 ha de vignoble héraultais, notamment dans la zone du Pic Saint-Loup. Les raisins avaient été hachés et les feuilles totalement arrachées à quelques jours des vendanges. Certains viticulteurs avaient perdu toute leur récolte dans ces intempéries.

L’aire de production des 60 domaines concernés (dont trois caves coopératives) s’étend sur 1.000 ha, répartis sur 17 communes situées autour du Pic Saint-Loup (658 mètres), dont la silhouette acérée domine la région de Montpellier, sur les contreforts cévenols.

Les rouges sont largement majoritaires (90%) dans la production annuelle de 40.000 hl.