A peine rentrés les raisins blancs, les premiers coups de sécateurs sont donnés cette semaine, inaugurant la vendange des rouges dans le Médoc.

Du côté de Lafite-Rothschild, Clerc Milon ou encore des vignobles de la famille Barton (Léoville-Barton, Langoa-Barton, Mauvesin-Barton), on a débuté les hostilités. Par une journée ivre de soleil, une fois la brume dissipée, le défilé dans les rangs de vignes débute avec ses flux de tracteurs brinquebalant leurs tombereaux jusqu’aux chais de réception. Comme toujours, c’est le précoce merlot qui sonne le coup d’envoi. « Nous avons déjà rentré une jeune vigne de merlot, sa première récolte, il n’y avait rien à gagner à attendre, elle était bonne à ramasser étant donné qu’il y a eu pas mal de pluie ce week-end mais le gros des vendanges est pour lundi ou mardi prochain », explique Damien Sartorius-Barton.

Sur les propriétés de Saint-Julien comme sur celle de Moulis-en-Médoc, en l’occurrence Mauvesin-Barton, le moral semble au beau fixe. « Car il faut avouer que l’année fut très sportive, heureusement la météo s’est bien rafraîchie, le vent vient du nord, il est sec, donc nous sommes sereins, la récolte semble plus fournie que l’an passé », ajoute Damien. Comme toujours, les sols les plus frais de Mauvesin seront plus tardifs que ceux Léoville ou Langoa. Reste à jauger la météorologie du week-end à venir pour établir les plannings définitifs. « On a eu une belle véraison, les maturités se font tranquillement avec de belles acidités, la maturité phénolique est aussi bonne, le problème reste les pluie annoncées la semaine prochaine, à ce moment-là, il n’y aura plus rien à gagner », conclut Damien. Comme chez le pauillacais Pédesclaux ou le saint-julien Lagrange, le véritable coup de feu sera donné lundi ou mardi prochain.