En partenariat avec Vinexpo, « Terre de Vins » convie amateurs de Grands Vins de Bordeaux et professionnels à découvrir une vingtaine de propriétés des deux rives le 15 juin. Leur point commun ? Ne pas être classées et faire de cette indépendance une force. Présentation.

Inclassables, et fiers de l’être ! Ils s’appellent château Sociando Mallet, château Pipeau ou encore château Marsau… En marge de Vinexpo, le lundi 15 juin de 18h à 21h30, ils donnent rendez-vous aux amoureux de grands vins, amateurs et professionnels, pour une dégustation exceptionnelle. Exceptionnelle d’abord car elle rassemble une vingtaine de propriétés jamais réunies dans un même lieu auparavant. De la rive droite ou de la rive gauche, ces grands vins représentatifs de l’élite de Bordeaux ne sont pas classés. Animés par une farouche indépendance, ils viennent à la rencontre du public pour faire découvrir deux de leurs millésimes. Exceptionnelle également car elle est organisée au cœur de Bordeaux, dans un lieu surprenant : la terrasse sur le toit de la Banque Populaire, face à la Garonne. Rarement privatisé, hormis pour les réceptions de la banque elle-même, le lieu offre un panorama à couper le souffle sur la ville.

Représentatifs de l’excellence de leur terroir, ces propriétés, avant de se distinguer par leur appartenance à un groupe, sont simplement elles-mêmes. Mais au fait, « être inclassable », qu’est-ce que ça implique exactement? Explications avec Mathieu Chadronnier, du château Marsau en Francs Côtes de Bordeaux, qui participe à la dégustation du 15 juin.

Cette soirée est baptisée « Les Inclassables, 25 bordeaux de grande classe sans classement ». Cette absence de classement, est-ce un atout ou handicap ?
Un peu les deux. Ces vins ne se distinguent pas des vins classés par la façon dont ils sont élaborés. Pour faire de très bons vins, il faut appliquer la même exigence, le même académisme et la même rigueur scientifique. Mais le fait d’être non-classé libère peut-être un peu dans la recherche du style. Ces vins-là sont la nouveauté. Le fait d’être hors classement, c’est un peu comme le festival off à Avignon ! Quelqu’un qui a envie de sortir des sentiers battus peut naturellement glisser vers eux. C’est une vraie opportunité en terme de positionnement. En revanche, là où cette absence de classement peut parfois être un handicap, c’est que la catégorie de ces « inclassables » est aujourd’hui mal définie, souvent par défaut. Sur son offre, un marchand a souvent les crus classés par appellation, rive, niveau de classement, les seconds vins, crus bourgeois… Et le reste, fréquemment regroupé sous la bannière « bonne affaire ». Même s’il est vrai que ces « inclassables » sont souvent de bonnes affaires, ne les mettre en avant que sous l’angle du rapport qualité-prix est réducteur.

Cette dégustation, est-ce une opportunité pour les amateurs de découvrir un autre aspect de Bordeaux ?
Absolument. Je suis ravi de cette initiative pour mettre en lumière ces vins, à côté des grands crus classés. C’est une autre facette de Bordeaux. On peut faire le parallèle avec la restauration. Les trois étoiles font que la gastronomie française est une référence dans le monde entier. Un Robuchon ou un Ducasse sont sources d’inspiration, ils font rêver partout sur la planète. Mais il n’est pas sûr que le consommateur, même celui qui en a les moyens, ait tous les jours envie d’aller chez un étoilé. Ça correspond à une expérience, un type de moment. Et il y a des moments où on est simplement content d’aller avec des copains manger dans une brasserie qui travaille des produits locaux, avec une présentation un peu inventive mais aussi rassurante et conviviale. Ce moment-là en restauration, il correspond aux « Inclassables » proposés dans cette dégustation. L’exigence mais sans le formalisme, avec simplicité et convivialité.

Le fait d’être non-classé influe-t-il sur votre façon d’aller à la rencontre du public ?

Oui, en terme de communication, cela permet de s’adresser à un public un peu différent. Le message de ces vins-là est de dire : le vin est un produit formidable de richesse, de diversité et de complexité dans le bon sens. Quand on se lance dans la recherche et la connaissance du vin, c’est un parcours sans fin. Cette dimension peut contribuer à rendre le vin intimidant. Le fait d’être dans des appellations où il n’y a pas de classement contribue à rendre ces vins beaucoup plus abordables. On commence par se concentrer sur le produit, avant de se poser des questions techniques. Si l’on veut s’intéresser au reste, on s’y intéresse. Mais si on ne le veut pas, on se contente de se dire: « ben dis donc, ce que j’ai dans mon verre, c’est vachement bon ! » Car quelqu’un qui sait dire entre deux vins celui qu’il préfère en connaît déjà suffisamment pour prendre du plaisir. Il ne faut pas oublier que la vocation du vin est avant tout de donner du plaisir !

Pourquoi avoir choisi de participer à une « Vinexpérience » pendant Vinexpo avec Château Marsau ?
Différentes raisons nous ont incités à participer à cette soirée. Cette dégustation est organisée par « Terre de Vins », nous connaissons la qualité de tels événements. Ensuite, le thème correspond parfaitement au visage que nous souhaitons véhiculer de château Marsau. « Terre de Vins » propose un thème très rafraîchissant et dans un lieu magnifique. Cette dégustation est une façon de faire vivre Vinexpo aux Bordelais, en les associant au plus grand salon mondial des vins et spiritueux, qui fait venir 50 000 visiteurs à Bordeaux. L’idée est géniale, on a toutes les bonnes raisons du monde de vouloir y participer !

Propos recueillis par Laura Bernaulte

Liste des propriétés présentes (susceptible de modifications) :
Château Charmail, Médoc
Château d’Agassac , Haut-Médoc
Château de Côme, Saint-estèphe
Château de Léognan, Pessac-Léognan
Château de Sales, Pomerol
Château Grand-Maison, Côtes de Bourg
Château Haut-Chaigneau, Lalande-de-Pomerol
Château Lanessan, Haut-Médoc
Château Le Caillou, Pomerol
Château Leroy-Beauval, Bordeaux
Château Marsau, Francs Côtes de bordeaux
Château Mauvesin Barton, Moulis
Château Ormes de Pez, Saint-Estèphe
Château Pipeau, Saint-Emilion
Château Respide, Graves
Château Roche-Lalande, Pessac-Léognan
Château Siran, Margaux
Château Sociando-Mallet, Haut-Médoc
Cygne de Fonréaud (blanc), Bordeaux
Ronan by Clinet, Bordeaux
Vieux Château Gaubert, Graves