(photos F. Hermine)
(photos F. Hermine)

La cave de Tain est l’un des principaux opérateurs en appellation Hermitage. Dégustation verticale d’hermitages blancs, rouges et vins de paille.

La cave de Tain était montée à Paris en ce début septembre pour une dégustation exceptionnelle d’Hermitage et de rares vins de Paille au Ritz. La cave est aujourd’hui le deuxième opérateur de l’AOC derrière la maison Chapoutier, notamment grâce à son fondateur en 1933, Gambert de Loche. Il était l’un des principaux propriétaires en Hermitage et a offert, faute de descendants, ses 6 ha à la cave. Ils ont été complétés au fur et à mesure par d’autres parcelles – la cave s’étant toujours portée acquéreur quand un adhérent voulait vendre une parcelle, et par environ 8 ha appartenant toujours à quelques adhérents. Soit un total de près de 29 ha dont 5 de blancs répartis sur de multiples terroirs de la mythique colline de l’Hermitage, juste en face de la cave. Pour le millésime 2017 par exemple, 11 terroirs avaient été sélectionnés et vinifiés séparément avant de donner le différentes cuvées. Seule la façade Sud est classée en appellation Hermitage. C’est l’une des seules appellation du Rhône Nord à ne pas contenir quelques pour-cents de raisins blancs dans ses syrahs (comme Cornas) et les hermitages blancs représentent environ 30% de l’appellation. “Les hermitages sont une synthèse de la souplesse des galets roulés et de la puissance du granit, résume David Quillin, ambassadeur de la cave. Et de rappeler que la cave a été parmi les premières dans les années 80 à reconstruire les murets qui avaient quasiment disparu de la colline. Un chantier de plus d’une vingtaine d’années accompagné également de la restauration des maisons de vignes. La cave est également partenaire depuis 2012 du duo de l’Hermitage, une course avec 500 m de dénivelé et un parcours de 12 km minimum et a développé l’œnotourisme sur le secteur. Elle fêtera l’an prochain les 80 ans de l’appellation d’origine.

Terre de Vins a aimé :

Hermitage rouge 2015 Nobles Rives : Le millésime du Rhône Nord avec de belles maturités homogène. Elevé 18 mois en fût de chêne, il avait déjà bénéficié du travail à la parcelle rendu possible grâce au nouveau chai. Des arômes de cassis, mûres, tapenade, une pointe de violette et de pivoine, des épices mais des tanins et un boisé encore très présents. A oublier encore en cave (81,85€ en magnum)

Nobles Rives rouge 1998 : Des fruits noirs, des notes de sous-bois et animales, encore d’une belle fraîcheur sur des tanins soyeux (118€)

Nobles Rives blanc 2018 : Des fleurs blanches (acacia) et des fruits blancs bien mûrs sur une discrète note miellée et briochée, rond et gras (39,60€)

Hermitage Blanc 2015 Au Cœur des Siècles 2015 : Une parcelle de vieilles vignes de plus de 80 ans. Fleurs blanches, chèvrefeuille, noisettes grillées, abricots et amandes amères, rond sur quelques fruits secs et une note fraîche en finale (53,50€)

Hermitage rouge Epsilon 2013 : Cassis, fruits noirs bien mûrs et épices sur une note poivrée et fumée, des tanins fins et une belle acidité (élaboré à partir des meilleurs fûts des meilleures parcelles de l’Hermite et du Méal, uniquement sur les grands millésimes) (189,75€)

Hermitage rouge 2010 Gambert de Loche : Une sélection parcellaire pour un bouquet de fruits noirs sur épices, réglisse et notes poivrées, des tanins soyeux et un bel acidulé (150€)

Hermitage rouge 2003 Gambert de Loche : Des fruits noirs dominés par le cassis, quelques épices et des tanins soyeux (plus disponible)

Hermitage blanc 2009 Vin de Paille : Il faut 2 kg de raisins passerillés d’Hermitage pour produire 50 cl. Un 100% marsanne dans un millésime solaire, d’un jaune éclatant qui donne un vin floral et miellé, des fruits secs soutenus par une note d’eucalyptus (152€)

Hermitage blanc 1995 Vin de paille : Une couleur ambrée aux reflets acajou et un nez de rhubarbe et de miel de châtaignier, des fruits confits, une note de sirop d’érable, onctueux (plus disponible)