En ouverture du salon international des vins et spiritueux, ce matin au Parc Expo de Bordeaux, Vinexpo et la plateforme d’achat Tmall, qui appartient au numéro un chinois de la vente en ligne Alibaba, ont signé un accord de partenariat ambitieux.

« Le vin est un moyen de connecter la Chine au reste du monde. Notre pays voit se développer à grande vitesse une nouvelle classe moyenne, connectée, avide de découverte, et notamment de vin. Il est fondamental pour nous de répondre à cette attente ». Daniel Zhang, directeur général du groupe Alibaba, donne tout de suite le ton de cette 19ème édition du Vinexpo : l’avenir du business du vin passera par la Chine, ou ne sera pas. Alibaba, leader de la vente en ligne dans l’Empire du Milieu, vient de signer, via sa plateforme de vente « BtoC » Tmall, un partenariat exclusif avec Vinexpo qui devrait considérablement renforcer les ventes de vin, dans un pays où la consommation en ligne connaît déjà un essor considérable. En présence de Virginie Calmels, adjointe au maire de Bordeaux, d’Andreas Larsson (meilleur sommelier du monde), Bernard Magrez et autres personnalités du monde du vin, Guillaume Deglise, directeur général de Vinexpo, ne cachait pas sa satisfaction : « cet accord est d’abord la promesse d’une forte promotion de Vinexpo en Chine, qui est le premier pays visiteur sur nos événements, à Bordeaux comme à Hong Kong. C’est une façon de renforcer nos liens avec les professionnels chinois. C’est aussi une superbe vitrine pour Tmall, qui annoncera désormais, en exclusivité pendant Vinexpo, quel est le pays qui sera à l’honneur lors de leur grand ‘festival du vin’ qui se tient chaque année le 9 septembre ».

Le « festival du vin » en question est en fait une gigantesque foire aux vins en ligne, qui dure une seule journée mais suscite un engouement délirant auprès des consommateurs chinois. Pour planter le décor, Sébastien Badault, directeur général d’Alibaba France, donne quelques chiffres : « La Chine, cela représente 38 millions d’acheteurs de vin, dont une part colossale de vin français. Le tiers des achats de vin se fait via Alibaba, en particulier notre plateforme Tmall, un site ‘BtoC’ qui héberge une dizaine de milliers de marques différentes. Le potentiel de développement est considérable, puisque nos ventes de vin ont été multipliées par 5 en deux ans. Cette idée de lancer l’année dernière une grande journée de vente de vin en ligne correspond bien aux nouveaux modes de consommation en Chine, ludiques et connectés. On considère qu’un jeune Chinois peut consulter notre appli shopping jusqu’à sept fois par jour ! Sur certains événements on peut réaliser jusqu’à 17 milliards de dollars de vente en une journée… L’année dernière, nous avions 500 caisses de Lafite qui ont été vendues en cinq minutes ».

L’idée de créer cet événement a germé dans l’esprit du propriétaire d’Alibaba, le milliardaire Jack Ma (qui possède par ailleurs des châteaux à Bordeaux), lors de la COP21 à Paris. C’est là qu’il en a évoqué l’idée auprès de Laurent Fabius. « Cela coulait de source », explique Bernard Magrez, propriétaire de plus de 40 châteaux dans le monde dont 4 grands crus classés bordelais. « La Chine, cela représente 50% de notre chiffre d’affaires, aujourd’hui, c’est un marché incontournable, et ce partenariat avec Vinexpo va donner une exposition supplémentaire aux vins de Bordeaux ». D’ailleurs, ce ne sont pas seulement des vins ultra haut-de-gamme qui seront commercialisés, mais aussi un cœur de gamme entre 7 et 15 €, permettant de faire plus de volume. « Cela induit aussi un gros travail d’éducation, d’accompagnement de consommateur », explique Sébastien Badault. « D’où le développement en parallèle de contenus spécifiques autour du vin, avec des sommeliers, des experts ».