Illustrations : Joseph-Paul Mesle,  Portrait d’Henry Vasnier ; Rémi Wafflart,  Villa Demoiselle
Illustrations : Joseph-Paul Mesle, Portrait d’Henry Vasnier ; Rémi Wafflart, Villa Demoiselle

Qui était Henry Vasnier ? Quels liens a-t-il entretenu avec Louise Pommery ? Quel rôle a-t-il joué dans l’expansion commerciale audacieuse du champagne Pommery ? L’exposition qui se déroule à la Villa Demoiselle apporte un nouvel éclairage sur cet énigmatique personnage.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le champagne connaît une période faste. Cette croissance favorise l’émergence de destins d’exception parmi lesquels Henry Vasnier compte parmi les plus emblématiques.

En 1856, il entre comme comptable chez Pommery & Greno. Henry Vasnier est alors directement sous les ordres de M. Pommery, même si c’est probablement Mme Pommery – amie d’enfance de sa sœur Clémence Vasnier – qui a favorisé son entrée dans la société. Nul doute que ses talents de gestionnaire furent remarqués et appréciés, et sa carrière progresse rapidement. Mais le véritable tournant se produit au décès du maître des lieux. En s’appuyant sur des hommes-clé comme Henry Vasnier, la jeune veuve Pommery décide de reprendre les rênes du domaine et le propulse directeur général en 1890. Est-ce à lui – aussi – que l’on doit l’invention et le développement des champagnes bruts ou la prédilection pour le marché britannique ? C’est lui en tous les cas qui appuie les travaux titanesques du Domaine Pommery : extension des caves, percement d’un boulevard et de voies de communication, construction d’un ensemble architectural monumental de style Néo-Tudor. Dans son testament, Mme Pommery le nomme légataire universel. Si bien qu’Henry Vasnier, ancien comptable, devient à la fin de sa carrière propriétaire du célèbre Domaine Pommery, l’un des hommes les plus puissants de Champagne.

Voilà pour le capitaine d’industrie et professionnel du champagne. Qu’en est-il à présent de l’homme ? Sa vie de célibataire libre, son train de vie anticonformiste, son luxe ostentatoire, déclenchent les critiques de la petite bourgeoisie rémoise. L’homme aime aussi l’art et constitue une collection exceptionnelle et éclectique de près de 600 œuvres de grands maîtres ou au contraire de jeunes artistes peu connus. Le comptable rigoureux fonctionne dans l’art par coups de cœur : peintures, statues, vases et arts décoratifs. Grand collectionneur de paysages souvent mystérieux, il entretient aussi un rapport complexe aux femmes, qui s’illustre au travers de représentations aussi bien classiques que sulfureuses.

En 1906 – c’est son dernier projet et peut-être le plus innovant – il confie à l’architecte parisien Louis Sorel la construction d’une somptueuse villa inédite au pied du Domaine Pommery. C’est un chef d’œuvre architectural de la Belle Epoque, qui marque la transition de l’art nouveau vers l’art déco. Mais Henry Vasnier décède malheureusement un an avant son achèvement.

En 2009, après bien des turpitudes puis une fabuleuse restauration, la villa retrouve son lustre d’antan sous la houlette de Paul-François Vranken, nouveau propriétaire de Pommery. Elle devient le siège social du champagne Demoiselle, une marque d’inspiration art nouveau. La boucle est parfaitement bouclée !

« Henry Vasnier. Les passions modernes d’un collectionneur audacieux »

Décédé sans héritier, Henri Vasnier a fait don de sa collection d’œuvres d’art à la Ville de Reims, initiant la création du musée des Beaux Arts. Pour la première fois, une sélection de 95 de ces œuvres est exposée dans le cadre magique de la Villa Demoiselle, son dernier grand projet architectural. L’exposition, qui se déroule jusqu’au 22 mai, est baptisée « Henry Vasnier. Les passions modernes d’un collectionneur audacieux ». Elle permet de mieux cerner, par petites touches, cet énigmatique personnage : le gestionnaire talentueux du champagne Pommery, le collectionneur hors pair de maîtres du XIXe, et le bâtisseur audacieux.
Et tout comme le champagne a accompagné chaque instant de la vie de cet étonnant personnage, la visite se termine tout naturellement par une flûte d’un des jolis champagnes Demoiselle !

« Henry Vasnier, les passions modernes d’un collectionneur audacieux », jusqu’au 22 mai 2016.
Visites libres, ou guidées sur RDV, 10h-12h15, 14h-14h15, 18 € incluant la dégustation d’une flûte.

Villa Demoiselle, 56 Bd Henry Vasnier, 51100 Reims – 03 26 35 80 50
www.champagnevranken.com