(Photos P. Gonnet)
(Photos P. Gonnet)

Au lendemain de la journée internationale de la femme, les femmes vigneronnes de Romanèche-Thorins, berceau de l’appellation Moulin-à-Vent, ont inauguré l’exposition retraçant l’ensemble du projet « Dame de vignes ».

Ce projet est destiné à créer un lien intergénérationnel, où les « anciennes » ont transmis leurs savoirs aux enfants, qui ont pu en apprendre beaucoup sur la vigne et le vin au travers de nombreux ateliers durant l’année écoulée.
Ce fut également l’occasion d’une dégustation de quatre millésimes de Moulin-à-Vent (2016, 2011, 2009 et 1996) commentée par Gaëtan Bouvier, meilleur sommelier de France 2016, qui a été l’occasion, une fois de plus, de révéler le très grand potentiel de garde de ces vins.

Découvrir la vigne et l’évolution des pratiques viticoles

L’idée est née de façon spontanée, au fil des échanges entre les grands-mères bénévoles au foyer rural de Romanèche et les enfants de la commune. Les liens intergénérationnels s’étaient déjà noués autour notamment d’ateliers de jardinage, de cuisine et de couture. Puis un jour, l’une d’entre elles proposa de recueillir le témoignage des aînées sous l’angle des pratiques viticoles, pour ne pas perdre cette histoire qui ne survit plus toujours dans les usages d’aujourd’hui. Corinne Bissardon, membre du foyer rural, a alors eu l’idée d’associer la jeune génération de vigneronnes, afin de tisser un lien à la fois entre les générations, et entre les techniques viticoles qui ont grandement évolué en deux générations, dont certaines ont même disparue et revécu le temps de ce projet (comme l’échaudage, destinée à tuer le « ver coquin », soit la pyrale, et consistant à ébouillanter le cep).

En partenariat avec le musée du Compagnonnage, l’école Bernard Pivot et l’Union du cru Moulin-à-Vent, et avec le soutien de la CAF et de la MSA de Saône-et-Loire, Corinne et l’équipe du foyer rural ont donc concrétisé ce projet sous la forme de nombreux ateliers au fil du cycle de la vigne.

Et découvrir aussi l’évolution des mœurs

Taille, ébourgeonnage, relevage, désherbage, labours, traitements, vendanges, commercialisation : toutes les étapes ont été vécues par les enfants, des classes de CP au CM2, agrémentées d’ateliers créatifs (dessins au sein des vignes, création d’étiquettes, avec l’aide de l’artiste peintre Delphine Chauvin), au son des témoignages recueillies auprès des aînées. Les jeunes vigneronnes Pauline Passot, Julie Balagny et Charlotte Perrachon, ainsi que leurs homologues Richard Rottiers et Jean-Pierre Mortet, ont grandement participé en accueillant et transmettant leurs connaissances aux écoliers.

Et parfois, les rencontres ont donné lieu à des scènes incongrues pour la jeune génération, comme lorsque les dames ont été invitées à rentrer dans le cuvage de l’une des jeunes vigneronnes, mais qu’elles restaient sur le pas de porte, n’osant pas pénétrer ce lieu qui leur avait toujours été interdit, sous peine de faire tourner leur vin par leur simple présence…

L’étape cruciale des vendanges a été découpée en deux ateliers : le premier afin de faire découvrir aux petits le travail d’intendance des femmes de l’époque, principalement autour de la réalisation des repas pour l’équipe de vendangeurs, et le deuxième à la vigne, avec quelques seaux et sécateurs.

Les enfants ont pu terminer l’expérience annuelle autour de l’étape de commercialisation, mais aussi de l’apprentissage de la dégustation (sans alcool bien sûr) : d’où vient cet arôme et quel est-il, quels sont les facteurs qui influencent la perception du goût, etc.

Les fruits de ce parcours intergénérationnel sont à découvrir au musée du Compagnonnage et à la salle du Moulin-à-Vent à Romanèche-Thorins, jusqu’au 2 septembre 2019.