(Photo AFP)
(Photo AFP)

Patron de presse, chef d’entreprise, homme politique, président de club de football, mais propriétaire de plusieurs exploitations viticoles dans le Bordelais, Serge Dassault vient de s’éteindre à 93 ans, hier 28 mai, des suites d’une « défaillance cardiaque » à son bureau parisien selon un communiqué de presse de la famille.

Né Serge Bloch, le 4 avril 1925 à Paris, diplômé de Polytechnique, il fut nommé président-directeur général de Dassault Industries en 1987. Maire de Corbeil-Essonnes de 1995 à 2009, sénateur de 2004 à 2007, il était président de la Socpresse depuis 2004, groupe publiant Le Figaro, puis prendra le contrôle des magazines du groupe Express-Roularta en mars 2004.

D’après le magazine Challenges, Serge Dassault était la cinquième personne la plus riche France avec une fortune estimée à 21,6 milliards d’euros. Il avait quatre enfants.

« La France perd un homme qui a consacré sa vie à développer un fleuron de l’industrie. Son engagement politique se fonda sur un fort enracinement dans l’Essonne et le souci de libérer les énergies entrepreneuriales et la compétitivité des entreprises françaises », a déclaré le président de la République Emmanuel Macron à l’annonce de son décès.

« C’est pour nous un grand vide. Il s’est battu toute sa vie pour devenir un grand industriel, un homme de presse, un sénateur et maire de Corbeil-Essonnes. Nous continuerons son œuvre », a déclaré son fils Laurent Dassault sur la radio RTL à l’annonce du décès de son père.

La famille Dassault a compris très tôt l’intérêt des vignobles pour diversifier ses affaires. Dès 1955, son père Marcel Bloch achète un vignoble, Château Couperie, à Saint-Émilion pour plaire aux délégations étrangères qui venaient visiter son usine de Mérignac. Très vite la propriété est rebaptisée Château Dassault et des investissements importants sont consentis pour améliorer la qualité tout en embauchant un œnologue, qui depuis à bien fait du chemin, Michel Rolland à partir de 1973. Le château est Grand Cru Classé depuis 1969.

Par la suite, la galaxie des vins de la famille Dassault s’est étendue grâce à l’acquisition en 2002 de Château La Fleur, un Saint-émilion Grand Cru, puis en 2013, de Château Petit-Faurie de Souchard, en Grand Cru Classé de Saint-Émilion.

Laurence Brun, vice-présidente des vignobles Dassault, nous a déclaré : « nous sommes tous touchés et émus par ce départ. Nous ne sommes pas inquiets pour l’avenir ».

La rédaction de « Terre de Vins » présente ses condoléances à la famille et aux équipes des vignobles Dassault. Le lieu et la date de ses obsèques seront prochainement communiqués