Les vins de la maison Albert Bichot issus de ses domaines de Côte-d’Or et de Mercurey revendiqueront la certification bio sur leurs étiquettes à partir du millésime 2018. Un pas important vers la reconnaissance de cette approche du vin en Bourgogne.

Ce sera la première grande maison beaunoise à mentionner sa certification bio sur ses bouteilles. Dans quelques mois la maison Bichot arborera le petit logo vert sur les vins en provenance des vignes qu’elle cultive en Côte de Beaune, Côte de Nuits, mais aussi à Mercurey. La concrétisation d’une démarche engagée il y a 20 ans sur les domaines du Clos Frantin et Château-Gris à Nuits-Saint-Georges ainsi qu’au domaine du Pavillon à Pommard. « Même si les vins suivaient le cahier des charges depuis quelques années déjà, le pas de la revendication était un signal attendu par les clients de la Maison. », explique-t-on chez Bichot. Une approche progressive qui s’est révélée concluante au fil des millésimes malgré une succession d’années parfois climatiquement chahutées.

« Plusieurs étapes ont été nécessaires pour mener à bien cette ambition : un travail de fond pour encore mieux connaître les différents terroirs et parcelles des domaines, un équipement adéquat pour répondre à de nouveaux besoins et limiter l’échelle de risque (petits tracteurs pour les labours, matériel pour des pulvérisations plus efficaces…), la formation du personnel à cette nouvelle approche, la recherche de solutions alternatives pour s’adapter à la configuration de certaines parcelles (chenillard, labour à cheval dans certaines vignes comme au Château-Gris…) »

La prochaine étape consistera à achever la conversion des vignes du Domaine Long-Depaquit à Chablis et du Domaine de Rochegrès à Moulin-à-Vent conduites partiellement en AB.

A noter qu’Albert Bichot développe également une gamme de vins biologiques issus d’achats de raisins sur une dizaine d’appellations.

Une première qui permet de rendre visible la montée en puissance du bio au sein du négoce bourguignon. La maison Boisset (Nuits-saint-Georges) revendique l’approche bio sur les étiquettes du domaine de la Vougeraie depuis 2007. Un domaine qui s’est engagé dans la biodynamie dès 2001. La maison Joseph Drouhin s’est également tournée vers la bio dès la fin des années 1980. De même, le domaine chablisien de la maison Bouchard Père et fils, William Fèvre, est conduit selon les pratiques de l’agriculture biologique depuis quelques années.