L’ancien footballeur professionnel Christophe Robert, l’un des protagonistes de l’affaire VA-OM en 1993, a été renvoyé devant la justice dans une affaire de grands crus de Pauillac et Saint-Julien contrefaits, portant sur plusieurs dizaines de milliers d’euros, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Christophe Robert, 54 ans, tout comme un forain originaire de Montpellier, devra comparaître en juin devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour « tromperie », « tentative de tromperie » et « détention de marchandise contrefaite », a-t-on précisé de mêmes sources, confirmant une information du quotidien Sud Ouest. L’affaire porterait sur 50.000 à 100.000 euros de marchandise.

L’enquête de gendarmerie faisait suite à la plainte en novembre d’un négociant, acheteur d’un stock à un autre négociant l’ayant obtenu de la société de Christophe Robert, qui l’avait lui-même acquis dans l’Hérault. Les conditions « un peu particulières » de la transaction initiale « ne cadraient pas avec les conditions de vente normales » de grands crus, a précisé à l’AFP une source proche du dossier.

Les châteaux concernés (tous grands cru classés en 1855), Gruaud Larose, Beychevelle et Pichon Longueville Comtesse de Lalande, ont porté plainte.

Pour le directeur-général de Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Nicolas Glumineau, la fraude était « tellement grossière qu’on s’étonne du nombre de transactions successives ». « Tout est différent d’une bouteille réelle sauf peut-être les prix », a expliqué à l’AFP Philippe Blanc, directeur du château Beychevelle.

L’avocat de Christophe Robert n’a pu être joint vendredi. Cité dans Sud Ouest, Christophe Dejean assure que son client « conteste avoir eu connaissance de l’origine frauduleuse du produit quand il l’a acheté », même s’il dit qu' »il a eu un doute ».

Christophe Robert, ancien footballeur de Nantes, Monaco, Valenciennes notamment, avait été condamné en 1995 à six mois de prison avec sursis et 763 euros d’amende, dans l’affaire du match Valenciennes-Marseille (0-1) de 1993 entaché de corruption, plusieurs joueurs valenciennois ayant été achetés par l’OM à six jours de la finale de Ligue des Champions Marseille-Milan.