Côté tendances, le 18ème Vinexpo à Bordeaux, plus important salon de vin au monde, a mis en lumière les rosés, les vins effervescents, les vins bio et les cocktails de spiritueux ; côté marché, ce sont les États-Unis et l’Afrique qui ont été scrutés tandis que « l’on sent l’optimisme revenir », a résumé jeudi le directeur général de Vinexpo.

A l’heure de la clôture, Vinexpo, stable sur le nombre de visiteurs (45 000), a noté avoir reçu +14% de visiteurs chinois. « La Chine conforte sa position de premier visiteur étranger devant les États-Unis. Pour nous, c’est une bonne nouvelle car ce sont les deux marchés qui vont à l’avenir porter le marché des vins et spiritueux », a indiqué dans un entretien avec l’AFP Guillaume Deglise.

Les États-Unis sont le premier marché mondial en volume et en valeur, la Chine étant en cinquième position.

« Les exposants et visiteurs ont le sourire aux lèvres », a-t-il souligné. « La situation économique est bien meilleure qu’en 2013 avec un marché américain qui fonctionne bien et la Chine qui repart. On a de nouvelles destinations possibles, avec beaucoup de professionnels africains. On sent l’optimisme revenir », après l’arrêt brutal en 2013 de l’Eldorado chinois.

Côté tendances, « on en a vu qui ne sont pas nouvelles mais qui se confirment et se globalisent : les rosés, les vins effervescents et les vins bio. Les spiritueux avec la mixologie et les cocktails sont également des phénomènes qui existent depuis quelques années mais se globalisent partout dans le monde », a pointé le directeur général.

Une autre tendance, « c’est peut-être le retour des vins doux », a-t-il ajouté. « La zone de dégustation libre a permis de découvrir, au-delà du Sauternes, d’autres catégories: des vins de Loire, du Tokay hongrois, des vendanges tardives alsaciennes, des vins de glace, des portos… On encourage les professionnels à faire redécouvrir ces vins délaissés par les consommateurs car quand on parle d’accord mets et vin, de complexité, de terroir, les vins sucrés sont une niche géniale », a-t-il estimé.

La gastronomie a également été mise à l’honneur avec des ateliers mets et vins, pour la première fois à Vinexpo, qui ont affiché complet à chaque session. « On ne s’est pas trompé, cela montre que la gastronomie et le vin sont intimement liés », a estimé Guillaume Deglise.

L’inauguration par le président François Hollande du salon, dimanche, a été, selon le directeur général, « un signe de reconnaissance ». « Le président de la République visitait le salon aéronautique du Bourget le lendemain et il a donné autant d’importance à ces deux filières qui sont les deux premières de l’exportation française », a-t-il souligné.

Selon lui, les discussions autour de la loi Evin « n’étaient pas le sujet des professionnels de Vinexpo, un salon pour l’exportation, pour rencontrer les clients étrangers ».

La prochaine édition française de Vinexpo, en alternance avec Hong Kong, sera donnée en 2017 avec un salon réduit d’une journée, passant à quatre au lieu de cinq jours.

Par ailleurs, Guillaume Deglise a annoncé que Vinexpo, aux côtés de la France, était candidate pour l’élection du meilleur sommelier du monde lors de l’édition 2019.