Suite à une première rencontre avec la grande distribution française, mardi 14 mars en préfecture de l’Hérault, les professionnels du label Pays d’Oc annoncent une nouvelle segmentation de la filière IGP régionale visant à reconquérir des parts de marché sur les linéaires, face à la concurrence des vins espagnols.

Leclerc retire des linéaires français ses Bag in Box de vins espagnols vendus sous la marque « Carillon » et annonce la création d’une nouvelle Marque de distributeur (MDD) dédiée, sans étiquetages ambigus qui entretiendraient une confusion avec les vins à Indication géographique protégée (IGP) Pays d’Oc, vendus sous MDD « Vieux Carillon ».

L’annonce, faite par l’enseigne de grande distribution mardi 14 mars en préfecture de l’Hérault lors d’une première rencontre en conciliabule avec les acteurs de la GD française (Auchan, Leclerc, Casino, etc.), est historique. Elle pourrait mettre un terme au bras de fer engagé depuis plusieurs mois par les professionnels de la filière IGP Pays d’Oc en Languedoc-Roussillon, contre la concurrence déloyale des vins espagnols vendus en GD sous une étiquette trompant le consommateur quant à l’origine de ces vins.

Première clarification face aux vins espagnols

« Leclerc a commencé. Le mouvement faisant la marche, les autres suivront nécessairement », se sont réjouis ce mercredi 15 mars lors d’un point presse, les présidents de l’IGP Pays d’Oc Jacques Gravegeal, Boris Calmette de Coop de France et Jean-Marie Fabre de la Fédération des Vignerons indépendants, à l’origine de ce rapprochement.

Faisant front commun depuis plusieurs semaines contre cette concurrence déloyale, les représentants de la filière IGP en région Languedoc-Roussillon, ont su trouver les arguments chocs pour aboutir à une première clarification face aux vins espagnols vendus sous une étiquette équivoque.

« Cette tromperie sur le consommateur n’est pas bonne pour le chiffre d’affaires, analyse Boris Calmette, évoquant la politique de greenwashing de la GD face à un consommateur de plus en plus sensible à l’origine des produits qu’il consomme. Les grandes enseignes sont attachées à vendre, elles ne sont pas prêtes à perdre cette notoriété sur nos marques. »

Mieux, aux dires de ces enseignes lors de la rencontre du 14 mars, 70% du CA en croissance de la GD proviendrait des marques d’origine régionales (IGP Pays d’Oc et AOP). La GD fait donc marche arrière, mais il y a eu rapprochement des deux côtés.

Une nouvelle segmentation de l’IGP régionale

« Nous avons souhaité cette clarification face aux vins espagnols, mais nous sommes arrivés avec une offre », précise Jacques Gravegeal. Celle-ci prévoit une nouvelle segmentation de la filière IGP régionale garantissant un sourcing face à un prix constant, dans le cadre d’une contractualisation pluriannuelle sur les MDD. Elle garantira aux producteurs une visibilité pérenne de l’engagement de la GD.

Conçue de façon pyramidale, cette segmentation prévoit un socle commun de vins IGP entrées de gamme sous la marque « Terre du Midi ». Cette première famille de vins de cépages à prix inférieurs aux IGP Pays d’Oc, réunira les actuelles IGP départementales (Aude, Gard, Hérault, Pyrénées-Orientales). Viendra ensuite le socle occupé par les IGP Pays d’Oc, segmenté en deux étages : les actuels vins de cépages Pays d’Oc (90 hl/ha) et l’offre premium (rendements inférieurs à 90 hl/ha).

Les prix d’entrée négociés avec la GD n’ont pas été communiqués, mais ils s’établiront sur une base proche de ceux actuellement pratiques par les actuels IGP départementales

« Nous n’allons pas pratiquer des prix bas et assassiner un territoire, mais au contraire fixer un seuil de résistance sur la pyramide d’offre qui est la nôtre », a insisté Jacques Gravegeal.

Une fois unifiée, cette nouvelle segmentation de la filière regroupée sous un seul conseil d’administration, représentera en volume 8 Millions d’hectolitres (dont 6 M pour les IGP Pays d’Oc). Elle pourrait être mise en place dès 2017.