Après Bordeaux mardi soir et Marseille jeudi soir, c’est à la ville de Lyon d’accueillir mardi prochain l’ouverture d’un Bacchus Business Club. Quand le monde des affaires et le monde du vin se retrouvent autour de la table.

« Je suis très ému. Cela fait plaisir de vous retrouver ». Jean-Yves Baeteman, président du Bacchus Business Club de Marseille, n’a pas caché sa joie d’accueillir 100 dirigeants d’entreprise, jeudi soir, au Sofitel Marseille Vieux Port, après une période de confinement qui avait réduit drastiquement les connexions sociales. Le Bacchus Business Club, porté par Terre de vins, a donc pris, jeudi soir, des airs de retrouvailles dans une ville où les dirigeants « ont l’habitude de beaucoup sortir, remarque Jean-Yves Baeteman. Il y a tous les soirs des dîners et des cocktails ». Marseille réseaute et Marseille était au rendez-vous du Bacchus business club qui a dû refuser plus de 50 dirigeants faute de place sur un rooftop magique. De grands banquiers étaient présents (Bruno Deschamps, président du directoire de la Société Marseille de Crédit ou Marc Bordenave, directeur régional de la Société générale), des assureurs (Caroline Bruynoghe directrice régionale AG2R La Mondiale), Marc Boussaguet, directeur régional Pernod-Ricard, des patrons de PME, des cabinets d’audit… « Un nombre incroyable de gens qui comptent à Marseille nous ont accordé leur confiance », se réjouit Jean-Yves Baeteman. Un auditoire conquis par l’intervention de Xavier Lépingle, directeur général d’Hermès textiles holding (et vice-président du Bacchus Business Club de Lyon), qui est venu raconter la magie de cette entreprise patrimoniale d’excellence et les dessous du célèbre carré Hermès. On apprend qu’il faut peigner 400 000 chèvres, sous le cou, pour fournir à la maison tout son cachemire, et qu’il existe plus de 5000 dessins de carrés (le fameux foulard) qui lui-même arrive en seconde position après l’immobilier dans les testaments. Cette soirée de lancement était d’ailleurs placée sous le signe de l’exception avec une autre grande maison française, Chanel, représentée par Nicolas Audebert, directeur général des propriétés viticoles de ce groupe appartenant à la famille Wertheimer.

Bordeaux, première escale

La tendance n’était pas très différente à Bordeaux mardi soir à l’Intercontinental Bordeaux Grand Hôtel. 95 chefs d’entreprises, patrons d’ETI, de PME, professions libérales, avaient répondu présent à l’appel de Terre de vins et du bureau régional du Bacchus, présidé par Jack Bouin (ex-Président de Crédit agricole SA, la holding du groupe bancaire et ex-directeur régional du Crédit agricole Aquitaine), entouré de Carole Goudal, directrice du pôle business du groupe Sud Ouest, Nicolas Béraud, Pdg et fondateur de Betclic, et Jean-Paul Calès, Pdg de Cap Ingelec. Alain Rousset, président du Conseil régional récemment réélu, était présent pour inaugurer le Bacchus business club et n’a pas manqué d’envoyer des signes forts aux dirigeants. Des signes sur la capacité de la France à innover – « Au pays de Pasteur, nous n’avons pas réussi à concevoir un vaccin. J’ai honte » – à entreprendre dans les territoires les plus reculés et à faire preuve de responsabilité sociale et environnementale. Pierre Gattaz, président du directoire de Radial et ex-président du Medef, était quant à lui l’invité d’honneur de la soirée. Enjeu du recrutement et de la formation dans son groupe, Pierre Gattaz a par ailleurs défendu le cap du plein emploi, en plaidant pour les modèles suisse et allemand. Des convictions qu’il martèle dans son dernier ouvrage « Le cœur et le courage, Donner sa chance à chaque Français ». Il n’a pas manqué non plus de défendre son Château de Sannes, une pépite en Lubéron qu’il a acquise il y a quatre ans. Un vignoble de 35 hectares qu’il gère comme une entreprise où il veut produire de grands vins (le Grand blanc de Sannes 2020 a été dégusté) mais aussi en faire un lieu œnotouristique et un lieu de séminaires.

« Notre Bacchus Business Club doit être le club des chefs d’entreprises qui portent la région, insiste Jack Bouin, ceux qui sont influents à Bordeaux mais aussi dans les autres départements ». Franck Allard, président du Directoire du groupe Filhet-Allard et président du Medef Gironde, Xavier Bouckaert (Président du directoire du groupe Cassous), Yann Bubien, directeur général du CHU de Bordeaux, Serge Dessay (Hotravail), Luc Gaudillère (Groupe Fayat), Erwan Le Bronec (One Point), Benjamin Salah (Human immobilier)… et tant d’autres grands dirigeants ont déjà rejoint « Le Bacchus ». « Ils sont près de 80 à avoir adhéré, se félicite Rodolphe Wartel, directeur général de Terre de vins et fondateur du Bacchus business club. Ils seront 100 en novembre, date à laquelle nous bouclerons ce tour de table. L’enjeu n’est pas d’accueillir des centaines de grands patrons mais de réunir les gens influents qui s’intéressent aussi particulièrement au vin ». Jean-Jacques et Séverine Bonnie ont d’ailleurs enchanté les palais de l’auditoire avec leur château Malartic-Lagravière 2014 et 2010 (et le 2019 en blanc) et ont captivé l’attention en rappelant l’histoire entrepreunariale familiale (Eau écarlate). Une attention identique avait été portée à l’histoire du champagne Charles Heidsieck représenté par son directeur général Stephen Leroux, qui accompagnera le club tout au long de l’année.

Lyon arrive en trombe

Après Bordeaux puis Marseille, Terre de vins ouvrira donc un troisième club ce mardi à Lyon. La salle de 90 couverts affiche déjà complet et le président du Bacchus Business Club de Lyon piaffe d’impatience : « nous allons passer une formidable soirée avec beaucoup de convivialité et une qualité gastronomique de haute tenue ». C’est aussi la promesse faite par le Bacchus à ses membres : l’excellence du verre et de l’assiette avec le savoir faire des cuisines du Sofitel Marseille Vieux Port, de la Rotonde à Lyon et de l’Intercontinental à Bordeaux. « A Lyon, tout le monde veut venir. C’est formidable », se réjouit Me Bruno Alart, avocat d’affaire bien connu sur la place lyonnaise. Mardi soir, c’est Philippe Carli, patron du groupe de presse Ebra, qui diffuse sur 23 départements de la colonne Est de la France, du Bas-Rhin au Vaucluse, qui ouvrira le club. Ancien patron de Siemens, ancien patron du groupe Amaury, il est également passionné de vin et propriétaire du château de Fontenay, près de Tours. Côté vin, c’est Marcel Guigal, l’iconique vigneron de la vallée du Rhône qui fera partager ses plus grands vins. Tous les ingrédients seront réunis pour que business et vin célèbrent l’union sacrée.

LES PROCHAINES DATES A RETENIR

Mardi 5 octobre à Bordeaux
Nicolas de Tavernost, Président du Directoire du Groupe M6
Château Pavie Macquin – Saint-Émilion Grand Cru, 1er Grand Cru Classé B
Château Larcis Ducasse – Saint-Émilion Grand Cru, 1er Grand Cru Classé B
Nicolas Thienpont, Directeur Général
Mardi 12 octobre à Lyon
Pierre Gattaz, président du directoire de Radial et président de Business Europe
Château de Sannes – Luberon
Jeudi 14 octobre à Marseille
Nicolas Béraud, Fondateur et Directeur Général Betclic
Château de Pibarnon, Bandol (en présence de Eric de Saint Victor, propriétaire)
Pour rejoindre le Bacchus business club : bacchusbusinessclub.com

Photos Michael Boudot et Joffrey Wingrove