L'Etoile vous présente ses vins et vins doux naturels d'Appellation d'Origine Protégée : Banyuls, Banyuls Grand Cru et Collioure.
L'Etoile vous présente ses vins et vins doux naturels d'Appellation d'Origine Protégée : Banyuls, Banyuls Grand Cru et Collioure.

Pour lutter contre la déprise viticole qui frappe le cru Banyuls (66), la cave de l’Étoile veut recruter de nouveaux vignerons avec le projet « Le domaine de l’Etoile ». Racheté en exploitation directe, ce vignoble de 7 ha étageant de magnifiques Mourvèdre et Grenache en surplomb de la mer, pourrait être cédé en fermage ou en métayage aux vignerons candidats à l’installation.

La vision relève de la carte postale : 7 ha d’un seul tenant, arrimés à 300 m d’altitude en surplomb des vignes de Collioure et Banyuls. Un vignoble en léger plateau planté de vieux Grenaches noirs et Mourvèdres de trente ans, permettant de produire à la fois des AOP Collioure, Banyuls et Banyuls Grand Cru. Un ensoleillement optimum et un terroir à fort potentiel.

C’est pour reconquérir un vignoble frappé par la déprise viticole que la plus ancienne cave coopérative du cru Banyuls a initié, il y a un an et demi, un projet foncier innovant : « Le domaine de l’Étoile ». « Nous nous sommes portés acquéreurs de cette parcelle de 7 ha laissée sur le marché, sans repreneur, que nous gérons en exploitation directe. La conduite du vignoble est confiée à l’IFE (Information-Formation-Emploi), une structure de réinsertion par le travail implantée sur le cru. Les premières vendanges, en 2017, seront vinifiées à la cave de l’Étoile en vue de produire des cuvées prestige pour le centenaire de notre structure coopérative, en 2021 », explique Jean-Pierre Centène, le président de Banyuls l’Étoile.

Un pari sur l’avenir

Samedi 10 juin lors d’une « grillade-party », les vignerons de la cave de l’Étoile se transformeront, avec cœur, en VRP de la vigne, en ouvrant le « domaine de l’Étoile » à la visite. « La fonction d’une cave coopérative, ce n’est pas d’acheter des terres, mais de faire du vin, de le vinifier et de le vendre au mieux. Avec le « domaine de l’Étoile », nous avons fait le pari de miser sur du foncier au détriment d’autres investissements techniques ou commerciaux, car il en va de l’avenir du vignoble », explique Jean-Pierre Centène qui s’apprête à recevoir sur ces vignes, des banquiers, des clients réguliers de la cave et des vignerons, certains déjà « fortement intéressés par ce projet de reconquête du vignoble ».

Un pari sur l’avenir pour cette coopérative sans gros moyens financiers, dont la quinzaine de vignerons actifs (sur 100 viticulteurs) a adhéré unanimement au projet de l’Étoile : « en termes d’échelle, 7 ha c’est important sur ce vignoble de montagne caractérisé par le morcellement avec seulement 10% de nos surfaces mécanisables », justifie Jean-Pierre Centène.

Déprise viticole à Banyuls

Le domaine de l’Étoile, coup de réclame sur un vignoble en déshérence ? C’est en tout cas l’objectif clairement visé par « Le domaine de l’Étoile », alors que la production du cru Banyuls / Collioure enregistre un recul sensible ces dernières décennies : 50 000 hl en 1979, et seulement 29 000 hl en 2016.

« Avec la déprise agricole qui frappe le département des Pyrénées-Orientales, le mitage gagne notre vignoble avec des friches qui frappent de plus en plus souvent le regard », regrette Jean-Pierre Centène. « Le domaine de l’Étoile » pourrait y remédier, en favorisant l’installation de vignerons susceptibles de reprendre tout ou partie des parcelles, en fermage ou en métayage. C’est en tout cas la finalité du « domaine de l’Étoile » : « Ce joyau, nous souhaiterions le garder en gestion directe, mais il est prioritaire de confier cette vigne à des vignerons qui voudraient s’implanter ou renforcer leur activité », affirme le président de Banyuls l’Étoile. Confiant, ce dernier n’exclut pas de dupliquer l’exercice, si le projet trouve sa bonne étoile.