Hier soir, pas moins de 700 participants, tant amateurs que professionnels, sont venus à la découverte de la cinquantaine de Crus Bourgeois réunis à La Faïencerie (Bordeaux) à l’invitation de Terre de Vins.

C’est ce que l’on peut appeler un plébiscite. Propriétaires, amateurs, professionnels, tous ont répondu présents hier soir à la soirée rassemblant pour la première fois en un seul et unique lieu une cinquantaine de Crus Bourgeois du Médoc. Professionnels comme amateurs, ils étaient dithyrambiques sur la qualité de l’événement, subtil assemblage d’organisation millimétrée, d’un lieu savamment choisi et d’une qualité indéniable des vins en dégustation. Le tout sur fond de quelques notes de jazz. Témoignages.

Croisé verre dans une main et carnet de dégustation dans l’autre, Cyril, aficionado des dégustations Terre de Vins, est déjà conquis à la moitié de la soirée. “C’est très agréable, le cadre est plaisant. J’ai goûté beaucoup de vins de Saint-Estèphe, de Moulis, et de Haut-Médoc, et j’ai vraiment eu de belles surprises parmi des vins que je ne connaissais pas encore. ”
Un peu plus loin, Adeline n’en est pas à son coup d’essai. Elle qui a déjà participé à Bordeaux Tasting et à la Foire aux Seconds Vins en 2016, est cette fois venue avec son amie Emmanuelle, qui découvre son premier événement Terre de Vins. ” Ce n’est pas tous les jours qu’autant de Crus Bourgeois sont réunis en un seul et même lieu”, constate Adeline. Et Emmanuelle d’ajouter : “Terre de Vins a fait une belle promotion de cet événement, notamment sur les réseaux sociaux. Cette soirée est accessible à tous, professionnels, particuliers ou étudiants, et les propriétaires expliquent bien les choses à tous les visiteurs, quel que soit leur niveau de connaissances. »

Professionnels conquis
Preuve de la qualité de ses événements, “Terre de Vins” conquiert, manifestation après manifestation, les professionnels les plus avertis, venus nombreux en cette soirée à La Faïencerie. Cyril Bleeker, sommelier et professeur à l’école bordelaise CAFA formations, interrogé entre deux dégustations, ne tarit pas d’éloges. Saluant le déroulement sans accroc de la soirée, il constate : “Terre de Vins déploie à chaque fois une organisation sans faille. La Faïencerie est un lieu mythique et simple d’accès, la verrerie est de qualité, avec des verres Riedel, ce qui se fait de mieux. Les propriétaires sont présents et disponibles, et veulent faire plaisir aux dégustateurs”. Et de citer à l’appui l’exemple du château Castera (Médoc), qui, en plus de ses millésimes 2009 et 2015, a amené les lots fraîchement sortis de cuve de son millésime 2017, merlot, cabernet sauvignon et cabernet franc, et petit verdot, non-encore assemblés. Le sommelier confie également un “vrai coup de coeur” pour le château Lilian Ladouys (Saint-Estèphe) avec « ses 2015 et 2012 magnifiques ». Enfin, il est toujours charmé par les vins de Martine Cazeneuve à Paloumey (Haut-Médoc), vinificatrice “qui reste droite dans son style, crée des vins de restauration, à boire, avec moins de boisé, ce qui manquait il y a dix ans encore. Et ce, à un très bon rapport qualité-prix. »

Notant consciencieusement leurs coups de cœur, accompagnées de leur amie Angélique, ingénieur qualité dans le vin, Fabiola et Valérie, toutes les deux à la tête d’une école de leurs propres écoles de dégustation, sont ravies de leur venue. “Le cadre atypique est top. Et on a découvert au fil de la soirée des vins de différents terroirs et à différents stades d’évolution, qu’on pourra proposer lors de nos cours de dégustation” se réjouissent-elles.
A quelques pas de là, Maxime et Jessy, les deux sémillants associés du Métropolitain, cave-bar à vin ouvert l’an dernier à Bordeaux, ont l’enthousiasme communicatif. “Cette dégustation est excellente, on a voyagé avec un beau tour du Médoc en une seule soirée” se réjouit Maxime. Et à propos de ce 2015, millésime fil rouge de l’événement ? “Très prometteur! répond sans hésitation Jessy. S’il faut évidemment lui laisser le temps de vieillir, il a une magnifique matière, il est très gourmand et sur le fruit.” Les deux associés se sont laissés séduire par quelques “petites pépites inattendues”, au rang desquelles le château Castera, mais aussi le château d’Hanteillan, en Haut-Médoc, une “pure folie, un vin harmonieux, facile à boire, tout en gourmandise, un vrai festival pour les papilles. C’est un vin qui fait danser la carioca !”
Pour cette grande première, pas à dire, les Crus Bourgeois suscitent la joie !