La propriété de Pomerol est la première à avoir dévoilé les prix de son millésime 2012. Explication sur cette révélation précoce avec son propriétaire.

« Quand on est sûr de la qualité et de la fixation du prix qui convient au marché, surtout dans la conjoncture actuelle difficile, il n’y a pas de raison d’attendre » d’après Nicolas de Bailliencourt, propriétaire du Château Gazin (Pomerol). La propriété est la première à avoir annoncé la couleur en divulguant les tarifs du millésime 2012 en primeurs. Et ce, avant même la publication des notes de dégustation. « Elles peuvent aider, mais elles ne font pas tout » rappelle-t-il. Il explique être « partisan d’une telle sortie précoce », car « c’est indécent de faire attendre le négoce ». Un négoce qu’il estime primordial, car « ce sont les négociants qui travaillent à l’exportation. Ils possèdent un savoir-faire qui nous est indispensable. »

Sur l’ensemble du millésime 2012, « il y a une baisse conséquente, avec un retour à des prix raisonnables, et c’est très bien » se réjouit-il. Ainsi, le château Gazin était vendu 35 € HT aux négociants en 2011, contre 32, 5 € HT en 2012. Le prix de revente conseillé aux négociants par la propriété est quant à lui passé de 42 € HT en 2011 à 39 € HT pour le millésime 2012.

Cette diminution démontre une volonté manifeste de s’adapter au marché et à la conjoncture économique actuelle.

Laura Bernaulte