Ci-dessus : Jean-Valmy et Henri Nicolas (photos JMB)
Ci-dessus : Jean-Valmy et Henri Nicolas (photos JMB)

Pomerol est une appellation qui fait rêver les amateurs du monde entier. En son sein, certaines propriétés font œuvre d’une constance magnifique pour offrir, millésime après millésime, des vins superbes. La Conseillante est de celles-là. Un exemple de réussite depuis son rachat… il y a 150 ans.

Passant, si tu cherches un vin exubérant à l’image de starlette de cinéma, ne t’arrête pas. Tu serais bien déçu. L’esprit qui souffle sur cette auguste maison de la rive droite est celle d’un classicisme totalement inscrit dans la modernité. Pour s’en convaincre, il suffit de porter à ses lèvres le second vin du château sur le millésime 2017. Ce Duo de Conseillante est rayonnant, d’un fruité très précis, bien équilibré et doté de cette matière onctueuse qui caractérise le cru. Henri Nicolas, co-gérant de cette propriété familiale, rappelle “qu’à l’aveugle, sur des millésimes récents, nombre de dégustateurs de notre second vin pensent avoir à faire au grand vin”. C’est dire toute l’attention portée à cette cuvée issue des jeunes vignes et qui est une excellente introduction au style du château. Bien sûr, un palier est franchi avec le château la Conseillante. Jean-Valmy Nicolas, cousin d’Henri et également co-gérant, s’enthousiasme pour tous les derniers millésimes produits à la propriété. “Depuis 2015, tous les millésimes sont excellents !” Et c’est vrai que la série est impressionnante. Avec en point d’orgue un 2016 absolument délicieux, d’une finesse de matière émouvante, suave, velouté voire presque crémeux en bouche. Une harmonie évidente, doublée d’une gourmandise fruitée marquée par la gelée de groseille.

Une constance éclairée

La race des grandes maisons réside certainement dans leur capacité à résister au mouvement perpétuel. Non, il n’est pas nécessaire de tout révolutionner tout le temps pour faire meilleur. Quand le terroir est homogène, nul besoin d’aller rompre un équilibre subtil. C’est l’une des forces de la Conseillante. Sa constance éclairée. Depuis le rachat par la famille Nicolas en 1871, pas un are de vigne n’a été ajouté. Les 12 hectares d’argiles et de graves reposant sur de la crasse de fer sont les mêmes qu’à l’époque avec une proportion de merlot largement dominante (80%) corsetée par du cabernet franc (20%). L’habillage de la bouteille, lui aussi très reconnaissable, n’a pas changé. Finalement, la dégustation de ce vin permet d’entrer en communion avec 150 ans d’histoire. Attention, il n’y a ici aucun sentiment réfractaire à la modernité. En 2012, tout un nouveau cuvier a été réalisé pour pouvoir permettre des vinifications micro-parcellaires respectueuses de la personnalité de chacune des 18 parcelles. Une marche en avant simple, sereine, sans tambour ni trompette. Le vin continue d’être porté au firmament, notamment grâce aux soins méticuleux apportés par Marielle Cazaux, la Directrice. Dans les temps troublés actuels, l’esprit humain se rattache avec un plaisir non dissimulé à des phares comme la Conseillante. Ils permettent de s’extraire du bruissement quotidien, de se réapproprier le temps long. Le véritable luxe aujourd’hui.