Le millésime s’annonce sous les meilleurs auspices dans la propriété de Pomerol. En cours sur les merlots, les vendanges sont échelonnées à souhait grâce à une météo des plus clémentes, permettant d’atteindre une maturité optimale des baies.

« Cette année, on a le luxe de vendanger par choix quand les raisins sont parfaitement mûrs, et non par obligation à cause de la météo ». Marielle Cazaux, directrice du château La Conseillante, propriété de la famille Nicolas, a le sourire en ce millésime 2016. Débutées le 22 septembre avec de jeunes plants de merlot, les vendanges s’échelonnent depuis lors sereinement dans ce vignoble pomerolais de douze hectares, composé à 80% de merlot et 20% de cabernet franc. Avec une fin de vendange des merlots prévue pour ce mardi, la récolte devrait se poursuivre avec le cabernet-franc à partir de la fin de la semaine.

En ce début de mois d’octobre, ce qui rentre dans les cuves est d’une exceptionnelle qualité selon Marielle Cazaux, qui dit avoir « rarement vu aussi peu de botrytis ». Le tri est anecdotique et les premiers jus de qualité. « Ca va être très bon » affirme-t-elle. Bon comment? « 2016 me rappelle 2010 », répond-elle. Ce millésime s’annonce avec « un équilibre très intéressant, une couleur incroyable, beaucoup de goût, du fruit, de la concentration. » Et « une fraîcheur plus marquée qu’en 2015. » Sans oublier la marque de fabrique de La Conseillante, des vins développant des arômes de violette dans leur jeunesse et d’exubérants arômes de truffe avec l’âge.

Innovation modérée

Toujours soucieuse d’améliorer la qualité de ses vins, la propriété s’essaie chaque année à des expérimentations à dose raisonnée, tout comme l’est la culture de la vigne. Car sur un vignoble de douze hectares, la parcimonie se doit d’être de mise. Dans cette lignée, inauguré en 2012, le nouveau cuvier en béton, venu remplacer l’ancien cuvier inox, permet une gestion parcellaire de la vendange. Dix-huit cuves accueillent les baies de chacune des parcelles voisines de quelques prestigieux voisins (Petrus, L’Evangile, Cheval Blanc, Beauregard, Vieux Château Certan). Déjà testée l’an dernier grâce à l’adjonction de carbo-glace, la macération préfermentaire à froid a été reconduite et perfectionnée cette année avec l’utilisation de deux chambres froides permettant de refroidir uniformément la vendange avant encuvage. « Les baies passent un jour en chambre froide, à 4°C, avant d’être triées. Elles sont ensuite mises en cuves pour une macération à froid à 7°C entre trois et cinq jours » détaille Bertand Nicolas, co-gérant de la propriété. Avec pour effet de « décupler les arômes, notamment ceux de fruits rouges. »

Dans l’élan de cette démarche qualitative, a également été testée en 2015 la vinification intégrale sur douze barriques, accrue à vingt-deux cette année et probablement à une trentaine l’an prochain. Les jus obtenus sont appelés à rentrer dans l’assemblage du premier vin dans une proportion maximale de 10 %. Enfin, nouveau test de ce 2016, une étude menée en coordination avec l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (Bordeaux) pour tenter de diminuer les doses de soufre ajouté, grâce à une « levure qui vient concurrencer les éventuelles bactéries. » Essai qui « répond à une demande du consommateur » selon Marielle Cazaux et semble pour l’heure « plutôt concluant » d’après Bertrand Nicolas.

La propriété produit chaque année entre 40 000 et 50 000 bouteilles de son premier vin « Château La Conseillante » et depuis 2007 entre 4 000 et 10 000 bouteilles de son second vin « Duo de la Conseillante ». Millésime 2016 à découvrir en primeur début avril 2017.