Face à la crise que traversent les vins de Bordeaux et dans le respect des contraintes imposées par le Coronavirus, les bordelaises sœurs Courselle, à la tête de leur propriété de la Sauve majeure, ne baissent pas les bras. Pour continuer à faire parler de leurs vins, elles ont des idées à revendre sous le chapeau.

Rester les bras croisés n’est définitivement pas dans l’ADN des sœurs Courselle, Sylvie et Marie, duo de choc à la tête du château Thieuley, une valeur sûre de l’Entre-deux-Mers. “Nous souffrons évidemment de la crise, ce n’est pas facile tous les jours de rester optimistes, mais le meilleur moyen d’échouer, c’est de ne pas essayer, affirme, conquérante, Sylvie Courselle. Nous tenons le coup et avons des projets, notamment autour du développement de nos activités annexes au vin, tout en continuant, évidemment, à faire du bon vin.” Caractères battants, les deux sœurs ont stimulé toute leur créativité pour déployer un éventail de projets, à destination des amateurs comme des professionnels.

Thieuley à offrir

Les fêtes de fin d’année approchant, Sylvie et Marie Courselle ont pensé à remplir la hotte du Père Noël de succulents présents. Persuadées que l’union fait la force, elles ont imaginé deux Thieuley box en éditions limitées. Ces écrins sont remplis de vins du domaine et autres produits de grandes marques françaises (Sydonios, Petrusse, Confiture Parisienne…), dont une gelée à base de vin de Thieuley créée en collaboration avec Confiture Parisienne et Pétrusse. Au tarif de 55€ la box classique ou 100€ la box prestige, ces coffrets peuvent être livrés partout en France.

Les lundis pro de Marie et Sylvie

Pour continuer à faire découvrir leur vignoble et leurs vins, et remettre du Bordeaux à la carte des établissements et dans le cœur de ces professionnels, les deux vigneronnes reprendront, dès que la conjoncture sanitaire le permettra, leurs “lundis pro”. Le premier lundi de chaque mois, le temps d’une demi-journée (10h-14h) elles convient en petit comité les cavistes, restaurateurs, sommeliers, journalistes, influenceurs à la propriété, pour leur faire découvrir ou (re)découvrir leur philosophie, et plus largement l’Entre-deux-mers, à travers une visite, dégustation et repas convivial autour de millésimes anciens des deux gammes de Thieuley. Le prochain rendez-vous, initialement donné le 2 novembre, est, compte-tenu du confinement, reporté à une date ultérieure.

Et toujours l’œnotourisme

“Si on ne nous interdit pas de le faire, on a envie de recevoir, peu importe que cela nécessite plus d’efforts de notre côté !” clame haut et fort Sylvie Courselle. Après la première saison de “Un été à Thieuley” et leurs apéros du jeudi soir, qui ont rencontré un franc succès, les vigneronnes comptent poursuivre des ateliers thématiques en groupes restreints, si la conjoncture le permet.
Si leur tenue est possible, elles entendent aussi refondre la formule de leurs journées portes ouvertes pour recevoir les clients par petits groupes sur deux week-ends au lieu d’un jour, les 5-6 et 12-13 décembre prochains. Au menu, un “atelier vin et chocolat” le matin à 10h avec un accord entre cinq vins du domaine et cinq mets chocolatés, un déjeuner à 12h30 dans le chai à barrique, et une dégustation de fromages et douceurs autour d’une planche de produits maison et de la ferme à 18h. Avec, évidemment, tous les vins de Thieuley à la dégustation (inscription 10€ par personne, remise pour tout achat de six bouteilles minimum).

Le regard vers demain, les Courselle projettent aussi de créer une fois par mois, ou tous les deux mois selon la demande, un repas vigneron comme à la maison avec dix convives maximum, dans un local totalement rénové sur la propriété. “Vous venez à notre table, et on mange avec vous un repas cuisiné par nos soins en accord avec des vins de la propriété” détaille la propriétaire. Chez Thieuley, on ne badine pas avec l’hospitalité !