Les projets d'Isabelle Strasser en matière de vin, en particulier, ont conquis Antoine Petrus (Photos JB)
Les projets d'Isabelle Strasser en matière de vin, en particulier, ont conquis Antoine Petrus (Photos JB)

Après plus de trois années passées à la direction générale des Maisons Taillevent, c’est en vallée du Rhône que le double MOF – sommelier et maître d’hôtel – a trouvé un nouvel environnement et des projets professionnels motivants au sein de Maisons et vignobles de Provence.

Lundi 2 novembre, Antoine Petrus a donc pris ses fonctions à la tête de Maisons et vignobles de Provence pour débuter une nouvelle vie loin de Paris. Car c’est à Châteauneuf-du-Pape, au cœur d’une région qu’il chérit, “tant pour les vignerons que pour ce terroir exceptionnel”, qu’il vient de s’installer. “J’ai vécu plus de trois années passionnantes à la direction des Maisons Taillevent, à me partager entre Paris, Beyrouth et Londres. Mais malgré toute mon amitié pour les frères Gardinier, je ressentais une vraie envie de changement. La rencontre avec Isabelle Strasser m’a offert cette opportunité de rejoindre cette partie de la vallée du Rhône à laquelle je suis très attachée.”
Là, il le reconnaît lui-même, les défis sont nombreux. Ils touchent les deux environnements qui lui tiennent le plus à cœur, l’hôtellerie-restauration et la vigne.
Le premier se résume pour l’instant à une seule adresse au centre de Châteauneuf-du-Pape avec La mère Germaine, quelques chambres et une cuisine aux réelles ambitions sous la houlette de Camille Lacome, ancien second de La tour d’argent à Paris. “La partie viticole constitue le rêve de tout sommelier. Pouvoir coiffer toutes les étapes, du travail de la terre à la vinification, est un élément qui a également été décisif dans mon choix. Il se concrétise aujourd’hui et c’est une décision à la fois mûrie et réfléchie !”

Deux domaines pour commencer

Isabelle Strasser est une femme que rien ne destinait, au demeurant, à s’impliquer dans le monde du vin ou dans celui de l’hôtellerie et de la restauration. Enseignante de français, elle a accompagné son époux muté professionnellement au Brésil. “C’est là que j’ai commencé à m’interroger sur l’avenir et comment je vivrai mon retour en France. Comme nous sommes des passionnés de gastronomie et donc de vin, j’ai finalement choisi de suivre les cours d’œnologie à l’École du vin de Paris. Je voulais acquérir des certitudes dans un domaine qui m’intéressait…”
La suite, c’est d’abord l’achat du domaine La Pousterle à Ansouis, dans le Luberon, dont les 20 ha de vignes ont été réhabilités et convertis en bio alors qu’une cave en construction accueillera la partie technique, espace de vente, salle de dégustation et de réception. Puis, en mars 2019, Isabelle Strasser a mis le cap sur Châteauneuf-du-Pape pour reprendre le domaine La Millière (12 ha en Châteauneuf et 8 ha en côtes du Rhône). Très vite elle s’est aussi intéressée à La mère Germaine. “J’avais conscience du potentiel de cette adresse historique.” Après beaucoup de travaux et notamment la création d’une immense fresque par l’artiste Hippolyte Romain, le lieu a ouvert ses portes en juillet dernier.
“Je n’ai pas vocation à être en salle, mais je sais que j’y serai régulièrement présent”, conclut Antoine Petrus. Sa mission sera surtout d’affirmer à la fois la personnalité des deux domaines viticoles, d’envisager l’acquisition d’autres exploitation “des terroirs choisis, et de développer des établissements raffinés et soignés qui auront pour vocation d’être associés au développement œnotouristique de chaque domaine.”