L’inauguration officielle du parcours oenotouristique à travers les vignobles des Graves et de Sauternes a eu lieu vendredi dernier. Une initiative d’envergure qui devrait profiter aux acteurs locaux et réjouir les visiteurs.

« C’est un symbole et une promesse pour toute une région, nous sommes sur la bonne route ! » s’enthousiasme Dominique Guignard, le président de l’association dédiée à la route des vins de Bordeaux en Graves et Sauternes. L’inauguration officielle de cette démarche oenotouristique d’une ampleur inédite a été actée vendredi dernier. Le premier panneau balisant le chemin a été posé Place de la Bourse à Bordeaux , comme un « symbole d’alliance et de constitution de cette route » a précisé le président. 62 autres sont disséminés à travers les appellations de Graves, Graves supérieures, Pessac-Léognan, Sauternes, Barsac et Cérons.

L’ambition de ce projet est de « faire de ces vignobles une destination oenotouristique incontournable » précise Dominique Guignard. Comment ? En associant les acteurs viticoles et touristiques dans une démarche commune, pour proposer une offre originale et diversifiée au public. La route des vins de Bordeaux est la concrétisation d’une démarche engagée il y a quatre ans par trois communautés de communes (La Brède, Podensac, Langon) et trois organismes de défense et de gestion (Pessac-Léognan, Graves, Sauternes-Barsac).

« Chacun construira sa route en fonction de ses envies »

Chaque visiteur est libre de construire son propre itinéraire. Denis Dupouy, le directeur de l’office de tourisme du Sauternais, des Graves et du pays de Langon, en est convaincu : « l’oenotourisme a besoin d’autonomie et de liberté pour se développer. » La route est seulement un cadre suggéré mais non imposé. Elle est pensée comme un guide pour accompagner les touristes dans la découverte du terroir. Et leur donner des repères dans la variété de vins, de mets, de paysages, d’hébergements locaux, mais aussi d’activités et de loisirs possibles. Dans cette optique, trois itinéraires (patrimoine, fleuve et terroir) sont proposés sur le site internet dédié (www.bordeaux-graves-sauternes.com), avec pour fil conducteur le vin.

Des acteurs fédérés autour d’un projet commun

La force de la route des vins de Bordeaux est de créer un véritable réseau. La démarche s’appuie sur la complémentarité entre acteurs viticoles (une centaine de domaines et châteaux adhérents à la route) et acteurs touristiques (hébergeurs, restaurateurs…) « Deux filières qui ne sont pas nécessairement habituées à travailler ensemble » rappelle Dominique Guignard. Le président du conseil régional d’Aquitaine, Alain Rousset, présent pour l’occasion, se félicite de cette collaboration : « progressivement, les grands sites et paysages d’Aquitaine rattrapent leur retard en matière d’utilisation du tourisme comme outil de promotion du patrimoine viticole ». La plaque apposée à l’entrée des lieux membres de la route est un symbole de cette appartenance au réseau.

Outre « cette visibilité accrue », une « unité de communication » a aussi été stratégiquement pensée, explique Dominique Guignard. 40 000 cartes de la route sont ainsi disponibles dans les offices de tourisme. Une brochure présente de façon pédagogique le concept. Quant au site internet, il offre les outils au visiteur pour préparer au mieux son séjour. La qualité est le maître-mot du dispositif. Un engagement pris par les membres de la route dans une charte dédiée.

Autour de la route des vins se dessine un enjeu pour toute une région. « Vu notre patrimoine et la notoriété des vins de Bordeaux, le fait d’être en avance en oenotourisme est primordial. Le vin, c’est la prunelle de nos yeux » selon Gilles Savary, vice-président du conseil général de la Gironde. Le projet s’annonce gagnant-gagnant pour les visiteurs et les acteurs touristiques et viticoles, avec la promesse de retombées économiques. « Sur l’ensemble des visiteurs du vignoble bordelais, 25 vont dans le Médoc, 25 à Saint-Emilion et le reste se répartit entre les autres vignobles. Aujourd’hui Graves et Sauternes en comptabilisent 10. » Le but de la route des vins de Bordeaux est de doubler cette fréquentation d’ici 5 ans. Alors… en route !

Laura Bernaulte