Ci-dessus : Christophe Valtaud, maître de chai de Martell.
Ci-dessus : Christophe Valtaud, maître de chai de Martell.

Martell lançait cette semaine à Paris, sur les accords du chef étoilé Guy Savoy, son cognac Martell Chanteloup XXO, un assemblage composé de 450 eaux-de-vie de 14 à 70 ans dans la nouvelle mention XXO (Extra Extra Old)… Et son Blue Swift sur le marché français.

Lancement prestigieux pour le nouveau cognac Martell dans une grande galerie du Petit Palais à Paris. La maison charentaise du groupe Pernod Ricard a présenté cette semaine à une centaine d’invités, importateurs, prescripteurs et journalistes français et internationaux, son Martell Chanteloup XXO, assemblage de 450 eaux-de-vie issues de 4 des 6 grands crus de Cognac (390 €). Il remplace dans la gamme le Chanteloup Perspective mais « si je m’en suis inspiré avec des eaux-de-vie qui peuvent aller jusqu’à 70 ans, j’ai voulu aller plus loin, pas seulement en termes d’âge mais d’émotion avec une intensité plus affirmée sur la douceur du Chanteloup Prestige, détaille Christophe Valtaud, neuvième maître de chai de la plus ancienne maison de cognac fondée en 1715. L’idée était de faire une force de cet assemblage des quatre crus qui révèle davantage l’impact des terroirs. Les cuvées de prestige se cantonnent souvent à la Grande et la Petite Champagne dont je suis d’ailleurs originaire. Mais je voulais également garder l’âme et le style de Martell avec les Borderies et montrer que les Fins Bois peuvent s’adapter au vieillissement quand ils sont dans des fûts à grain fin ». Le Martell Chanteloup XXO dans un magnifique flacon sérigraphié ne manquera pas de séduire les connaisseurs et grands amateurs notamment américains et asiatiques. Il est accompagné d’une malle de voyage Masterpiece, véritable bijou d’artisanat édité sur commande et sur mesure (à partir de 35 000 €), comprenant une bouteille du nouveau cognac, deux montres de 50 cl avec un des millésimes entrant dans la composition et un assemblage selon les goûts du commanditaire, des verres gravés, pipettes, un livre sur l’histoire de la maison…), de quoi rendre l’expérience unique à défaut de voyager avec elle, les espaces dans les trains et même dans les paquebots n’étant plus guère appropriés à ce format de bagage.

Ce nouveau cognac porte également la nouvelle mention XXO entérinée il y a quelques mois dans le cahier des charges de l’appellation par le BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac) et qui correspond à un vieillissement d’un minimum de 14 ans (le XO étant passé en 2018 de 6 à 10 ans minimum). Hennessy avait tenté de ressortir en 2017 un XXO (qu’il produisait de 1872 au début du XXème siècle) qui avait d’abord été retoqué par les Fraudes pour confusion du consommateur en comparaison de la mention XO; le produit a finalement été validé avec la nouvelle règlementation. A ce jour, Hennessy (7,8 M de caisses) et Martell (2,6 M), les deux leaders du cognac sont les deux seuls à avoir sorti un spiritueux dans la catégorie mais d’autres maisons sont sur les rangs.

Blue Swift s’envole aux Etats-Unis et atterrit en France

Dans le même temps, Martell a lancé plus discrètement sur le marché français son Blue Swift, boisson spiritueuse à base de cognac, un vsop bénéficiant d’un 2ème vieillissement en fûts brûlés de bourbon du Kentucky (ce qui ne lui donne pas accès à l’appellation cognac réservée au vieillissement en fûts de chêne n’ayant pas contenu d’autres alcools). La maison au martinet bleu (le seul oiseau capable de joindre à tire d’aile les deux rivages de l’Atlantique) avait déjà lancé le produit en 2016 aux Etats-Unis où il représente désormais 40% des ventes totales et affiche la plus belle croissance du groupe. Il est désormais disponible en France, un marché qui pèse moins de 1% des ventes de la marque et 2% des ventes globales de cognac (dont une majorité achetée et consommée par les touristes internationaux). « C’est l’occasion de revenir dans l’Hexagone avec une véritable innovation et même si la France n’est pas notre cible prioritaire, nous nous devons d’être prophète en notre pays, commente Christophe Valtaud. C’est aussi une façon de susciter l’intérêt des non-consommateurs de cognac. Personnellement, je le préfère sur glace mais il convient également très bien aux cocktails ». Blue Swift, en formats 37,5 et 70 cl (59 €) sera en exclusivité chez la chaine de cavistes Les Domaines qui montent jusqu’en février (une trentaine de points de vente) avant d’être diffusée plus largement sur ce circuit. Le nouveau Dg de l’enseigne, Hugues Le Marié, ex-Pernod-Ricard, s’était d’ailleurs occupé de Martell aux Etats-Unis pendant plusieurs années et avait participé au lancement de Blue Swift outre-Atlantique.