A l’heure où la filière a besoin d’un soutien tout particulier, les Trophées de l’Œnotourisme 2021 organisées par Terre de Vins, Atout France et leurs partenaires ont signé la reprise hier à la Cité du Vin de Bordeaux en mettant à l’honneur 27 lauréats dans toutes les régions.

27 lauréats pour 100 nominés après l’étude de plus de 320 candidatures, un beau bilan pour les Trophées de l’Œnotourisme 2021 “à l’heure où la filière a le plus besoin de soutien pour accompagner la reprise” a rappelé Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins. Les finalistes étaient présents dans l’attente des résultats dans les gradins de la Cité du Vin de Bordeaux limités à 87 personnes ou en direct par vidéoconférence. Parmi les grands gagnants de cette fournée 2021, la Provence et le Bordelais qui ont raflé de nombreux prix.

“Ces Trophées sont d’autant plus importants pour la filière viticole qu’il s’agit un concours national, a rappelé Philippe Chapuis du Crédit Agricole. Et la filière est non seulement primordiale pour l’agroalimentaire mais elle est devenue la première contributrice a l’excédent de la balance commerciale. L’œnotourisme est pour elle un vrai relais de croissance autant que le digital et le bio”. Et Atout France de compléter en rappelant que l’œnotourisme représentait déjà plus de 10 millions de visiteurs et près de 6 milliards de chiffre d’affaires et qu’il fallait continuer à œuvrer pour le développement de l’attractivité du secteur, et la démocratisation de l’activité. Un message réaffirmé par Brigitte Bloch, vice-présidente du Conseil supérieur de l’œnotourisme qui a insisté sur le rôle d’Atout France à “structurer, professionnaliser et œuvrer pour la diversification”. Le pôle Œnotourisme va d’ailleurs prochainement lance une étude pour mieux identifier les différents modèles économiques de l’Œnotourisme. Patricia Picard directrice vin du Comité régional Auvergne Rhône Alpes œuvre également en ce sens via le label Vignobles & Découvertes et les opérations Fascinant Week-end qui permettent de “découvrir le vigneron dans son environnement”. L’opération née en Auvergne Rhône Alpes, au succès grandissant, devrait être généralisée cette année sur tout le territoire.

Multiplier les clés d’entrées des domaines

Au tour également de différents candidats de préciser le rôle des vignerons dans l’évolution de l’œnotourisme. “Les clients veulent être à la fois au cœur des villages et dans les vignobles, pas seulement goûter des vins mais savoir d’où viennent les barriques, aller pique-niquer au cœur des Monts damnés pour comprendre les paysages, qu’on leur explique le bio et pas juste commenter un vin” détaille Raymond Bourgeois de la maison éponyme de Chavignol (18). “Nous devons être dans une démarche collective et développer un écosystème autour du vin en multipliant les portes d’entrées pour faire découvrir le domaine mais aussi la région et le slow tourisme qualité France” estime Ludovic David, directeur du Marquis de Terme à Margaux (33) qui va ouvrir un restaurant en juillet en partenariat avec le chef rochelais Gregory Coutanceau et des séminaires en septembre.

A l’occasion du débat sur les clés de réussite de l’Œnotourisme animé par Rodolphe Wartel, Brigitte Bloch a évoqué l’importance de bien cibler sa clientèle avec des offres différentes, la nécéssité de raconter une histoire et de jouer sur le storytelling. “Il faut également travailler avec son environnement, avec les autres acteurs locaux et savoir autant attirer une clientèle internationale et nationale que de proximité qui peut représenter 80% des visiteurs, d’où le fait de ne pas négliger les mailings pour informer les clients qui ont une voiture et qui peuvent rapporter quelques bouteilles”. Raymond Bourgeois et Ludovic David travaillent aussi avec des tours opérateurs ou une clientèle étrangère et notamment américaine qui n’achètent pas de bouteilles quand ils visitent le domaine mais de retour chez eux qui deviennent des clients fidèles et de fervents ambassadeurs parce qu’ils “connaissent” le vigneron ou le propriétaire. « C’est la philosophie pratiquée avec succès depuis 40 ans par les domaines de la Napa Valley » rappelle le directeur de Marquis de Terme.

L’Œnotourisme permet également de “rencontrer et de mieux connaître ses consommateurs à travers des expériences sensorielles très diverses” précise Maxime Mathon, directeur marketing du groupe MDCV (Châteaux de Berne, Saint Roux, Les Bertrands, Up). Il faut donc affiner le travail en amont pour déterminer quelle offre pour quelle cible et parfois juste proposer un cadre bucolique et agréable pour boire un verre, une attente croissante chez les jeunes. Autant de propositions pour donner “de la chair et de l’âme et jouer de créativité comme avec ces Trophées qui permettront aux internautes et aux touristes de faire leur marché” conclut Rodolphe Wartel en précisant que les critères 2022 évolueraient sans doute pour donner davantage de chance à tous les acteurs de la filière.

Le hors-série Œnotourisme de Terre de Vins sera dans les kiosques le 9 juin 2021.

Photos Michael Boudot.